GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    JO 2016/taekwondo: Issoufou Alfaga Abdoulrazak, la plus belle médaille du Niger

    media Issoufou Alfaga Abdoulrazak a passé une journée mémorable à Rio pour ses premiers jeux. REUTERS/Issei Kato

    Le Nigérien Issoufou Alfaga Abdoulrazak est entré dans l’histoire olympique de sa nation en devenant le deuxième athlète à décrocher une médaille aux JO. En finale dans la catégorie des plus de 80 kilos, il a obtenu l'argent face à Radik Isaev venu d’Azerbaïdjan. Récit.

    De notre envoyé spécial à Rio,

    La scène est presque indescriptible. Au moment où Issoufou Alfaga Abdoulrazak comprend qu’il accède à la finale : il se jette au sol, fait des roulades avec sa grande carcasse (2,05 mètres) et se prend la tête dans les mains. Ensuite, il saute dans les bras de son entraîneur. La salle hurle, le Niger est pour un instant le centre du monde. L’Ouzbek Dmitriy Shokin peut aller se rhabiller.

    Le devoir accompli

    A ce moment-là, Issoufou Alfaga Abdoulrazak, sait qu’il vient de faire le plus dur, apporter une deuxième médaille olympique au Niger après celle en bronze du boxeur Issaka Dabore en 1972, à Munich. Qu’importe le métal, une partie du contrat est déjà remplie. Après la finale, il avouera à RFI qu'il est entré très fatigué face à l'Azéri, qu'il avait eu des crampes après sa demi-finale. « Je suis déçu, j’avais promis l’or, c’est comme ça. La lutte continue jusqu’à Tokyo 2020 ». Issoufou Alfaga Abdoulrazak est resté prostré quelques minutes au bord du tapis avant de venir saluer ses supporters.

    A 21 ans, Issoufou Alfaga Abdoulrazak réalise la meilleure saison de sa carrière. Le vainqueur des Jeux africains en 2015 était programmé pour Tokyo 2020 selon son entraîneur allemand Markus Kohlöffel qui officie dans le prestigieux club du TCC Friedrichshafen. Issoufou Alfaga Abdoulrazak le remercie : « C’est lui qui m’a mis dans les meilleures conditions pour que je ramène cette médaille au Niger. Il m’a dit : "Je vais t’aider pour que tu combattes pour ton pays" ».

    Le soutien du public brésilien

    Issoufou Alfaga Abdoulrazak, garçon consciencieux, s’était donné un devoir. « Mon rêve, c’est de gagner l’or à Rio. Ce serait la deuxième médaille du Niger. Parce que mon pays n’en a pas eu depuis 1972. C’est l’année où ma mère est née ! », disait-il à RFI en avril dernier. Il a passé tous les obstacles, notamment financiers. La dernière marche était un peu haute pour l'instant. Mais c'est une belle revanche sur la vie pour celui qui est orphelin de père et mère.

    Ces derniers jours, le jeune homme n’a pas beaucoup dormi. La pression était énorme sur ses épaules. Le porte-drapeau remercie tout son entourage et son pays. Sans oublier les spectateurs brésiliens qui ne lui en n'ont pas voulu d’avoir éliminé leur Maicon Siqueira en quarts de finale. « J’ai battu leur champion, ils ont continué à me soutenir », s’enthousiasme-t-il.

    « Cela fait deux ans que l’on travaille ensemble et notre but était de se qualifier pour Rio. Nous n’attendions pas cette médaille. Mais comme il a battu des champions ces derniers mois, on s’est mis à espérer. Mais ça reste tout de même une surprise. Il a du talent, il est rapide, très souple et il en veut », explique son coach. « Radik Isaev est champion du monde et il m’a battu deux fois sur trois », raconte le Nigérien.

    La victoire d’Issoufou Alfaga est une victoire historique. Il est maintenant la légende du Niger. C’est vraiment une fierté pour le peuple.
    Une légende célébrée dans les rues de Niamey 21/08/2016 - par Moussa Kaka Écouter


    A Rio, le taekwondo est mondial

    Vingt-quatre heures avant lui, l’Ivoirien Cheick Cissé avait décroché l’or dans la même discipline, le bronze pour sa compatriote Ruth Gbagbi. Après les « olé, olé Cissé », il y a eu les « olé, olé, Niger ». « Je suis fier que la jeunesse africaine du taekwondo ait fait cela ici au Brésil », finit par lâcher Issoufou Alfaga Abdoulrazak après la cérémonie protocolaire, finalement heureux de cette médaille d'argent.

    A Rio, le taekwondo aura été de toutes les conquêtes. L’Iranienne Kimia Alizadeh a ainsi créé l'exploit en devenant la première femme de son pays à avoir remporté une médaille olympique. Ahmad Abughaush, 21 ans seulement, a apporté à la Jordanie la première médaille de son histoire dans la catégorie des moins de 68kg. Avec eux, Issoufou Alfaga Abdoulrazak se souviendra longtemps de l’Arena Carioca 3 !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.