GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Tour de France 2018: un parcours classique pour Christopher Froome

    media Christopher Froome lors du Tour de France 2016. KENZO TRIBOUILLARD / AFP

    Présenté le mardi 17 octobre, le Tour de France 2018 s’élancera de Vendée le 7 juillet pour se terminer le 29 juillet à Paris. Il propose un parcours classique, mais non dénué de difficultés. Le Britannique Christopher Froome tentera la passe de cinq. Il devra se méfier des pavés de Paris-Roubaix, dompter la montagne avec le retour de l’Alpe d’Huez et s'illustrer dans les deux chronos au programme.

    Ils ne sont que quatre à avoir eu le privilège d’inscrire leur nom sur cette prestigieuse liste des quintuples vainqueurs du Tour de France (Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain). Au départ de la 105e édition, le 7 juillet, en pleine Coupe du monde de football, le Britannique Christopher Froome sera présent pour entrer dans l'histoire du cyclisme.

    Vainqueur en 2013, 2015, 2016 et 2017, le Kényan blanc tentera, avec un parcours très exigeant, de faire la passe de cinq avec sept équipiers au lieu de huit*, un changement notable.

    « C’est un début de parcours classique »

    Après le coup d'envoi de Noirmoutier et les arrivées à Fontenay-le-Comte et La Roche-sur-Yon, promises aux sprinteurs, le contre-la-montre par équipes de Cholet, sur 35 kilomètres, sera le premier temps fort du Tour pour Froome.

    Des 3 330 kilomètres proposés, le coureur de la formation Sky devra aussi dompter les routes de Bretagne où les organisateurs sont allés « chercher les côtes les plus raides pour donner la parole aux puncheurs », de Lorient à Quimper le 11 juillet.

    Le lendemain, les coureurs arriveront à Mûr-de-Bretagne, surnommée « l’Alpe d’Huez bretonne », avec un double passage, où le Français Alexis Vuillermoz s’était imposé en 2015. « Si on le compare aux dernières éditions, c’est un début de parcours classique. Mais on ne voulait pas éviter la Bretagne », dit à RFI le directeur du Tour, Christian Prudhomme. « C'est un Tour de France très dur, avec la première partie un peu nouvelle dans le nord-ouest de la France », estime Froome.

    Après ce hors-d’œuvre, ce sera une « vraie rupture » selon Christian Prudhomme, avec la montagne pendant 10 jours. Entre les Alpes et les Pyrénées, il y aura eu un passage dans le Massif central que Froome ne devra pas négliger.

    Dans le massif alpin, une montée inédite a été trouvée avec le plateau des Glières, haut lieu de la résistance de la Seconde Guerre mondiale. Une partie de la route n’est pas goudronnée. Christopher Froome aura aussi de quoi faire la différence dans la montée de l’Alpe d’Huez, prévue le 19 juillet. Avant, il aura dû enchaîner les cols de la Madeleine et de la Croix-de-Fer.

    Le Col de Portet, nouveau Tourmalet !

    Dans le massif pyrénéen, le Tour de France innove avec un nouvel endroit, le col de Portet. « Le nouveau Tourmalet dans un paysage magnifique », avance Christian Prudhomme, qui indique que son point culminant est à 2 215 mètres d'altitude, après 16 km d’effort, dans des pentes moyennes à 8,7 %.

    Ce 25 juillet, l’étape ne fera que 65 kilomètres, mais aucune portion de plat ne sera proposée. Froome et le reste du peloton seront placés sur la ligne de départ, en fonction du classement général. Une des trois arrivées en altitude de cette édition.  « Ce sera la première fois que je ferai une étape de 65 kilomètres. Je ne sais pas ce qui peut arriver », déclare le Britannique.

    Dans le Pays basque, il y aura un dernier contre-la-montre de 31 km à la veille de l’arrivée à Paris, avec une succession de côtes. Peut-être de quoi départager les coureurs au général. « Nous voulions revenir là-bas. Nous avons profité du décalage de la Coupe du monde pour y retourner. Les fêtes de Bayonne seront passées », explique Christian Prudhomme.

    « Un bon rouleur, capable de passer la montagne, me semble assez adapté pour à la fois ne pas se faire piéger en Bretagne, faire un bon chrono par équipe, ne pas laisser trop de plumes sur les pavés, et résister dans la montagne », avance Christian Prudhomme. Le portrait de Christopher Froome ?

    * A partir de 2018, pour les épreuves du World Tour, la taille des équipes est réduite de neuf à huit coureurs.


    Objectif Tour de France pour le Colombien Nairo Quintana

    « L'objectif numéro un, c'est le Tour de France », a confirmé le grimpeur colombien Nairo Quintana ce mardi à Paris. « C’est un tour qui me plaît. Je suis heureux d’être à la présentation », a-t-il indiqué à RFI en Espagnol. Quintana, 27 ans, était pour la première fois présent au Palais de Congrès pour la présentation officielle d'un parcours du Tour. Le 2e de la Grande Boucle en 2013 et 2015, et 3e en 2016 veut « arriver frais au Tour » et va « discuter du calendrier de sa saison » avec Movistar. « Je suis convaincu que l'on peut gagner. Nous avons une équipe forte », indique Quintana, qui admet avoir « beaucoup souffert » l’an dernier. Ce qui le motive encore plus pour aller chercher son premier Tour de France. « J’espère que les secteurs pavés ne seront pas un problème, mais je sais que je serai très bien épaulé », raconte Quintana qui devrait reconnaître les étapes clefs de la prochaine édition. « Je peux gagner face à Froome », conclut-il.


    Les 21 étapes :

    Le parcours du Tour de France 2018. ASO

    7 juillet : Noirmontier - Fontenay-le-Comte
    8 juillet : Mouilleron-Saint-Germain - La Roche
    9 juillet : Cholet - Cholet (Contre-la-montre par équipe)
    10 juillet : La Baule - Sarzeau
    11 juillet : Lorient - Quimper
    12 juillet : Brest - Mûr de Bretagne
    13 juillet : Fougères - Chartres
    14 juillet : Dreux - Amiens
    15 juillet : Arras - Roubaix
    16 juillet repos
    17 juillet : Annecy - Le Grand Bornand
    18 juillet : Albertville - La Rosière
    19 juillet : Bourg Saint-Maurice - Alpe d'Huez
    20 juillet : Bourg d'Oisans - Valence
    21 juillet : Saint-Paul-Trois-Châteaux - Mende
    22 juillet : Millau - Carcassonne
    23 juillet repos
    24 juillet : Carcassonne - Bagnères-de-Luchon
    25 juillet : Bagnères-de-Luchon - Saint-Lary-Soulan
    26 juillet : Trie-sur-Baise - Pau
    27 juillet : Lourdes - Laruns
    28 juillet : Saint-Pée-sur-Nivelle - Espelette (Contre-la-montre individuel)
    29 juillet : Houilles - Paris

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.