GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Boxe: Un chef du crime ouzbek à la tête de l’association internationale

    media Le président par intérim de l'AIBA Gafour Rakhimov (droite) à côté du président de la Confédération Européenne de Boxe (EUBC) Franco Falcinelli lors d'un événement de boxe à Sotchi, le 3 février 2018. Valery Sharifulin\TASS via Getty Images

    Alors que l’Association Internationale de Boxe amateur est empêtrée dans des affaires de malversations financières, son président a démissionné le 27 janvier dernier et a été remplacé par son vice-président, Gafour Rakhimov… un chef criminel d’Ouzbékistan. Une prise de fonctions qui a conduit le Comité international olympique à menacer de suspendre la boxe amateur des Jeux olympiques.

    Avec notre correspondant pour l’Asie centrale, Régis Genté

    Gafour Rakhimov est une figure du monde criminel soviétique et postsoviétique qui s’est créé son réseau dans les goulags, le système carcéral soviétique, et qui fait partie de ce qu’on appelle « l’État profond » où coopèrent criminels, police, mais aussi certains hommes politiques ou d’affaires.

    L’homme de 66 ans, est né à Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan, s’est lancé dans les affaires au moment de la perestroïka, soit dans les dernières années de l’URSS. Il devient riche et, grâce à son réseau, va devenir très utile au premier Président de l’Ouzbékistan indépendant, après 1991, Islam Karimov, pour prendre le contrôle du pays.

    Au fil des années, il s’impose comme un boss criminel jusqu’à Moscou et devient influent dans le milieu russe. C’est ainsi que, progressivement, il s’est retrouvé le 22 décembre dernier sur une liste du Département du Trésor américain, qui le soupçonne d’être impliqué dans le trafic d’héroïne, entre autres.

    Amateur de boxe et fournisseur de gardes du corps de mafieux

    Comme souvent dans le cas de ces criminels, Gafour Rakhimov a pratiqué la boxe et d'autres sports de combat dans sa jeunesse, pour devenir ensuite devenu entraineur. Dans les années 1990, lorsqu’il a aidé le Président Karimov à installer sa dictature, il soutenait beaucoup de clubs et de salles de sports de combat en Ouzbékistan. Il fournissait également des gardes du corps aux politiciens et mafieux du pays.

    Il a toujours cherché à être présent dans les instances internationales de la boxe. Et nombreuses sont les suspicions selon lesquelles il serait intervenu, en payant les arbitres, pour faire gagner des boxeurs ouzbeks ou russes. Cela notamment lors des Jeux olympiques (JO) de Rio, en 2016.

    « Restaurer la confiance dans la gestion financière de l’AIBA »

    Le chef criminel ouzbek a hérité de la présidence par intérim de l’Association Internationale de Boxe amateur (AIBA), jusqu’en novembre, quand un nouveau président de l’AIBA sera désigné. Etant donné les affaires qui affectent l’Association, il se doit de présenter au CIO un plan de réforme anticorruption d’ici le 30 avril. Ou le comité retirera la boxe anglaise de la liste des sports olympiques pour les JO de Tokyo, en 2020.

    Lors de son premier discours, à Dubaï, il a promis « de restaurer la confiance dans la gestion financière de l’AIBA ». Ce qui n’a pas manqué de faire rire certains, qui ont ironisé sa sortie en estimant que c’est comme confier la garde d’un poulailler à un renard.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.