GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Enoch Effah, roi de la Savate boxe française

    media Enoch Effah, triple champion du monde de Savate boxe française. Photo: Nokefa

    La Savate boxe française sera représentée lors du 33e Festival des Arts martiaux qui est organisé le 24 mars à Bercy à l'Accor Hôtel Arena de Paris. Au programme, démonstration des origines de la Savate, Savate bâton défense, en présence notamment d’Enoch Effah, triple champion du monde.

    Considéré comme le plus grand tireur boxeur poids lourd de l’histoire de la Savate boxe française, Enoch Effah aime faire la promotion de son sport de prédilection.

    Né en région parisienne, l’homme aux origines ghanéennes intervient aussi comme conférencier dans des entreprises ou grandes écoles. Cet ambassadeur Savate boxe française, invaincu entre 2004 et la fin de de sa carrière, avance que la Savate « fait partie du patrimoine français ». S’il rêvait de devenir footballeur professionnel, - un événement familial a stoppé son élan -, Enoch Effah ne regrette pas le choix de cette discipline apparue au XIXe siècle.

    « Parmi tous les sports que j’ai testés, c’était le seul où je pouvais espérer être athlète de haut niveau », raconte Enoch Effah. Ce qui lui a permis d’entrer à l’Insep* et de faire carrière.

    Un sport très codifié

    Selon Enoch Effah, avec la boxe française, sport intense, le public « apprend à gérer son stress et à prendre des décisions ». En France, environ 60 000 personnes la pratiquent. « C’est surtout un loisir. La boxe française a tout pour être connue et reconnue. Il faudrait qu’elle se batte pour devenir un sport olympique », avance Enoch Effah. Il ajoute : « Nous avons la meilleure école de boxe française et ensuite les gens se dirigent vers d’autres sports à promotion. C’est dommage, il faudrait revoir notre modèle économique. »

    Le boxeur utilise les pieds et les poings. Dans ce sport, tout est codifié et il y a une distance entre les deux adversaires pour respecter l’esthétique. En termes d’efficacité, une jambe est vingt fois plus puissante qu’un poing. Il est possible de taper jusqu’à la tête, mais jamais dans le dos. Toutes les 6 ou 7 secondes, des coups sont échangés. Le combat est jugé sur le nombre de touches, sur la technique et l’efficacité.

    « Dans ce sport, on prend énormément en compte son adversaire, on le respecte à 100%, avance Enoch Effah. Il y a aussi l’importance de respecter une méthode, car tout est codifié, si jamais les coups sont donnés n’importe comment, l’arbitre va sanctionner très vite. »

    La boxe française, qui s'est féminisée depuis quelques années, peut se pratiquer à n’importe quel âge. Dès 4 ans et sans opposition. Jusqu’à la fin de l’adolescence, on travaille plus sur la coordination et de la concentration.

    « La boxe française, c’est de l’efficacité et de l’éthique »

    En boxe française, il est très courant que l’on applaudisse la personne qui a perdu. « Contrairement à d’autres disciplines, le but n’est pas rechercher à faire gicler du sang. La boxe française, c’est de l’efficacité et de l’éthique. Transposer dans le quotidien, c’est très facile d’aller entreprendre », analyse Enoch Effah.

    Il continue : « Avec la boxe française, on travaille l’être et non le paraître. On mise sur le potentiel humain et on va au-delà des premiers résultats. Le management dans les entreprises aurait intérêt à être fait plus sous forme de cercle que de pyramide. Dans le sport, avant d’agir, souvent on s’assure que tout le monde est d’accord. Ensuite on fixe des projets. Même si la personne n’a qu’une seule qualité, il faut la mettre en valeur. Le management par le sport, c’est l’avenir. »

    Dans L’Île Noire, Tintin riposte à une attaque de jiu-jitsu par un coup de Savate. Le dessinateur et scénariste belge Hergé avait déjà conscience de l’intérêt de cette pratique pugilistique. C’était il y a quatre-vingts ans !

    *Institut national du sport, de l'expertise et de la performance.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.