GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Amicaux: l'Espagne écrase l'Argentine, le Brésil s'impose en Allemagne

    media L'Espagnol Isco a inscrit un triplé en amical avec sa sélection contre l'Argentine le 27 mars 2018. Juan Medina/Reuters

    Il y avait de belles affiches amicales ce 27 mars, dans cette dernière trêve internationale avant les rendez-vous pré-Mondial 2018 en mai. Dans un petit remake d'un match entré dans l'histoire en 2014, le Brésil a cette fois battu l'Allemagne à Berlin (0-1). L'Italie, non-qualifiée pour la Coupe du monde, est allée chercher le nul en Angleterre (1-1). L'Espagne a de son côté ridiculisé l'Argentine (6-1).

    Petite revanche pour l'Allemagne

    Bien sûr, ce n'est qu'un match amical, et il faudra de grands succès pour laver l'affront, si cela est possible. Mais c'est un résultat qui panse un peu la plaie profonde. L'Allemagne et le Brésil se sont retrouvés pour la première fois depuis la fameuse demi-finale du Mondial 2014. Ce 8 juillet 2014, à Belo Horizonte, les Allemands avaient humilié les Brésiliens chez eux (7-1). Ce 27 mars 2018, les Sud-Américains ont pris une petite revanche en allant gagner à Berlin (0-1).

    Toujours privée de Neymar, blessé, la Seleçao a pris les devants face à une Nationalmannschaft remaniée et encore amputée de Manuel Neuer, remplacé par Kevin Trapp. Les joueurs de Joachim Löw, l'entraîneur allemand, ont cédé à la 37e sur une tête du jeune prodige Gabriel Jesus sur laquelle Trapp n'a pas été impérial. En seconde période,  le Brésil a tenu bon, malgré le regain de forme des Allemands et les coups de boutoir de Julian Draxler. L'Allemagne restait sur 22 matches sans défaite. Le Brésil s'offre une victoire très bonne pour le moral.

    L'Argentine se noie à Madrid contre l'Espagne

    Match prestigieux au stade Wanda Metropolitano, repère de l'Atlético de Madrid, entre l'Espagne et l'Argentine. Une rencontre entre deux nations majeures que n'a toutefois pas disputé Lionel Messi, déjà absent contre l'Italie le 23 mars à cause de douleurs aux ischio-jambiers. Sans leur star, les Argentins n'ont pas pesé bien lourd. Pire, ils ont subi une véritable humiliation en terre madrilène (6-1).

    Gonzalo Higuain a manqué une belle occasion d'entrée. Diego Costa, dans son propre stade, n'a lui pas laissé passer l'occasion d'ouvrir le score en remportant son duel face à Sergio Romero (12e), blessé sur ce coup dans un choc avec l'attaquant. D'un plat du pied droit tranquille, Isco a doublé la mise face à Willy Caballero, qui venait de remplacer Romero (27e). D'une tête sur corner, Nicolas Otamendi a quand même relancé l'Albiceleste (39e).

    Mais la réduction du score de l'Argentine n'a pas déréglé la machine espagnole, bien au contraire. Dès le retour des vestiaires, Isco s'est offert un doublé d'un nouveau plat du pied (52e). Thiago Alcantara, à la conclusion d'une belle action collective, a achevé le capitaine argentin Javier Mascherano et ses coéquipiers (55e). L'Argentine, vice-championne du monde en titre, a bu le calice jusqu'à la lie avec deux derniers buts signés Iago Aspas (73e) et Isco (74e), finalement auteur d’un triplé. La Roja espagnole se présente plus que jamais comme un prétendant affirmé au titre mondial dans deux mois et demi. Difficile d’être aussi optimiste pour une Argentine qui a déjà eu du mal à se qualifier et qui semble trop compter sur son quintuple Ballon d’Or Messi.

    L'Italie frustre l'Angleterre

    Non-qualifiée pour le prochain Mondial, une première depuis 50 ans, l'Italie n'a plus que les matches amicaux pour se consoler en attendant ce rendez-vous. Mais même en reconstruction, la Squadra Azzurra a une réputation à faire respecter. Au stade Wembley de Londres, les hommes de Luigi Di Biagio ont répondu au défi des Anglais, leurs adversaires en amical.

    Ce sont pourtant bien les joueurs de Gareth Southgate qui ont frappé les premiers et avec beaucoup de malice. Profitant d'un coup franc joué rapidement avec Jesse Lingard, Jamie Vardy s'est retrouvé seul face à Gianluigi Donnarumma (préféré à la légende Gianluigi Buffon, remplaçant) et a ouvert le score d'un tir en force. Mais en fin de match, Federico Chiesa (fils d'Enrico) a provoqué un penalty que Lorenzo Insigne a transformé avec sang-froid (87e). L'Angleterre a encore des failles à corriger d'ici au Mondial.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.