GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le Sud-Africain Bryan Habana, légende du rugby, met un terme à sa carrière

    media Le Sud-Africain Bryan Habana inscrit un essai lors de la demi-finale du Mondial 2007 contre l'Argentine, le 14 octobre 2007. William West/AFP

    A 34 ans, l'ailier du RC Toulon et des Springboks a annoncé ce mardi 24 avril la fin de sa carrière de rugbyman. Handicapé par une blessure tenace depuis un an, Bryan Habana est contraint de raccrocher les crampons. Le champion du monde 2007 laisse une trace exceptionnelle dans l'histoire de son sport.

    C'était prévisible. Ne manquait que l'officialisation. Elle est venue ce mardi 24 avril 2018. « Mon tour est venu de dire merci », a écrit Bryan Habana sur son compte Instagram, en préambule à l'annonce de la fin de sa carrière de rugbyman professionnel. Le Sud-Africain doit, contre sa volonté, se retirer pour de bon des terrains.

    « J'aurais aimé que ma carrière s'arrête différemment »

    Dans les faits, Habana est quasi-retraité depuis le 15 avril 2017 et un match de Top 14 avec Toulon contre Castres. Ce jour-là, il marqua un essai et son équipe s'imposa (23-14). Il l'ignorait alors, mais il s'agissait de son ultime apparition sur un terrain en tant que rugbyman. Une blessure au genou gauche l'a ensuite mis sur le flanc. Définitivement.

    Opéré le 11 juillet 2017, Bryan Habana a bien tenté de revenir ces derniers mois. Mais, à 34 ans, bientôt 35, son corps a dit stop. « Cela fait plus d'un an que j'espère, que j'essaye, que j'insiste et que je veux revenir sur le terrain une dernière fois », écrit-il, avant de poursuivre : « Ce n'est malheureusement pas possible. J'aurais aimé, comme beaucoup, que ma carrière s'arrête différemment, mais parfois, les choses ne se passent pas de la manière dont on l'espère. »

    « Alors, à la fin de cette saison, il sera temps de dire au revoir et de dire merci à ce jeu que j'ai tant aimé », confie encore le Springbok.

    So it’s my turn to say Thank You: . The inevitable moment has come knocking on my door and I’ve welcomed it in for a drink. . It’s been more than a year of hoping, trying, pushing and willing to get back on the field for one last time, to taste the sweet victory or encounter that gut-wrenching despair. To hear the roar of the crowd or grab the pill out of the air. To make that last bone crunching tackle or score that last game winning try. But it’s unfortunately just not to be. I, like most, would have liked my career to have ended differently, but sometimes things don’t turn out quite the way we hope for. . So at the end of this season, it’s time to say goodbye and thank you to the game I so dearly love. . To try and sum up the past 16 years and how quickly they’ve flown by or even begin to describe how amazing the journey has been is impossible. . I would though like to express my gratitude: . • First and foremost, to God for blessing me with the talent to play this beautiful game. • To my wife Janine, Timothy and our newborn Gabriel, for your support, sacrifice and love to follow me to all corners of the earth so that I can pursue my dreams. • To my family and friends, far and wide, who wore their hearts on their sleeves as much as I did. • To the coaches, team-mates, medical and support staff in all the teams I was involved in. • To every opponent that made the battle tough and worthwhile. • To all my sponsors over the years who believed in me enough to support me on the journey. • To the fans, who make the game what it is. • To the critics, not to prove you wrong but so that I could prove to myself I could. • To the media, who take the game to households the world over. • To the lessons learnt, through the good times and the bad. • To the friendships made and experiences a plenty. . But most of all to Rugby, because for me it truly is a game made in heaven. . As a close friend one said: “memories are all we have.” And I’m immensely grateful for the memories I take with me into the next chapter. . With much respect . BH11

    Une publication partagée par Bryan Habana (@bryanhabana_) le

    Champion du monde et meilleur joueur du monde en 2007, multiple recordman…

    Né le 12 juin 1983, Bryan Gary Habana a fait se lever les foules avec son style si particulier. Ailier doté d'une pointe de vitesse exceptionnelle - il pouvait courir le 100m en moins de 10 secondes -, le Sud-Africain a fait ses débuts avec les Springboks à seulement 21 ans, en 2004. C'est au sein de l'équipe nationale qu'il a le plus ébloui le monde.

    En 2007, il fait déjà partie des joueurs les plus spectaculaires de la planète rugby. Et il va connaître son plus grand succès avec la victoire de l'Afrique du Sud lors de la Coupe du monde disputée en France. Bryan Habana inscrit huit essais sur toute la compétition, un record seulement partagé avec l'illustre Jonah Lomu (en 1999).

    En finale, les Springboks de John Smith, Percy Montgomery s'imposent face aux tenants du titre anglais (15-6). Habana et ses coéquipiers apportent à l'Afrique du Sud son deuxième sacre mondial après l'épopée de leurs aînés de 1995. A titre personnel, l'ailier sud-africain est sacré meilleur joueur du monde de l'année 2007.

    Après une longue carrière réussie dans son pays, ponctuée de deux victoires en Super 14 (devenu Super Rugby en 2011) et deux victoires en Currie Cup avec les Bulls de Pretoria, Bryan Habana rejoint l'Europe en 2013. Il signe au RC Toulon. Avec le club français, le Springbok remporte deux Coupes d'Europe et le Top 14 à une reprise.

    « L’un des plus grands sportifs sud-africains de tous les temps »

    Après la Coupe du monde 2007, Bryan Habana participe aux éditions 2011 et 2015. Il marque à chaque fois et porte son total d'essais lors des Mondiaux à 15. Là aussi, seul feu Lomu fait aussi bien, à la différence que le Néo-Zélandais réussit cet exploit en deux éditions seulement (1995 et 1999). Avec l'Afrique du Sud, Habana remporte aussi le Tri Nations en 2009 et inscrit 67 essais (nouveau record) en 124 capes (deuxième joueur le plus capé derrière les 127 sélections de Victor Matfield).

    Mark Alexander, président de la Fédération sud-africaine de rugby, salue « l'un des plus grands sportifs sud-africains de tous les temps ». « En tant que joueur, Bryan a placé la barre incroyablement haut pour les générations futures. Il laisse derrière lui un héritage de discipline, de leadership et de professionnalisme. Lui et sa famille peuvent être très fiers de tout ce qu'il a accompli », ajoute le dirigeant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.