GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    • Etats-Unis: plusieurs morts et blessés lors d'une fusillade dans le Maryland (police)
    Afrique

    Mondial 2018: le poulet, mascotte des supporters nigérians?

    media Un supporter nigérian maquillé aux couleurs nationales, lors d'une rencontre entre le Nigeria et l'Angleterre à Londres, le 2 juin 2018. Ian KINGTON / AFP

    Les pratiques supposées de certains supporters nigérians suscitent le quiproquo à la Coupe du monde en Russie. Selon les autorités locales de Kaliningrad, où le Nigeria s'est incliné contre la Croatie ce samedi 16 juin, des supporters nigérians avaient l’intention de se procurer des poulets vivants pour les amener au stade.

    Les déclarations du ministre de la Culture et des Sports de Kaliningrad sont à l’origine du malentendu. Andrei Yermak a déclaré à des journalistes locaux que des Nigérians avaient l’intention d’apporter des poulets vivants au match contre la Croatie, ajoutant que le poulet est pour les Nigérians « un symbole et un talisman ».

    Le poulet n’est pourtant pas le symbole des Super Eagles, loin s’en faut, l’aigle n’étant pas un volatile de basse-cour. Le poulet serait-il alors un grigri, comme le laisse entendre le ministre russe ? Ni symbole, ni grigri, répondent cinq journalistes sportifs nigérians contactés par RFI. D’autant plus qu’aucun d’entre eux n’a jamais vu de poulet dans les gradins.

    « On n'apporte pas de poulet sur les stades au Nigeria, on ne fait pas ça, on n'a jamais fait ça ! » assure Calvin Onwuka, journaliste nigérian présent en Russie pour couvrir la Coupe du monde.

    « Ce n’était ni un symbole, ni un talisman »

    Un sixième commentateur sportif contacté par RFI rapporte cependant avoir déjà vu un poulet blanc, peinturluré en vert – les couleurs du drapeau national – dans un stade au Nigeria. « Ce n’était ni un symbole, ni un talisman », dit-il, mais plutôt une mascotte pour mettre de l’ambiance.

    Au final, cette histoire aura permis de rappeler que les animaux sont interdits au stade. Que les supporters français tentés d’y introduire un coq se le tiennent pour dit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.