GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Mondial 2018: Romelu Lukaku, le Belge qui a la patate

    media Romelu Lukaku célèbre un de ses buts face au Panama, le 18 juin 2018. REUTERS/Marcos Brindicci

    Romelu Lukaku a porté la Belgique contre le Panama (3-0). Son doublé a rempli de joie un pays qui rêve de voir sa sélection aller jusqu'au dernier carré, qu'elle a raté de peu au Mondial 2014 et à l'Euro 2016 avec à chaque fois une élimination en quarts de finale. Face à la Tunisie samedi à Moscou, il aura encore une fois l’occasion d’étoffer ses statistiques.
     

    Moscou, envoyé spécial

    Il n’est pas forcément le plus beau à regarder jouer sur un terrain mais il est d'une belle efficacité. Romelu Lukaku, né à Anvers, a intégré la sélection belge en 2010 et détient le record de buts marqués (35). Le Belgo-Congolais pourrait encore viser très haut avec la génération Kevin De Bruyne-Eden Hazard. Avec 16 buts en Premier League et 5 buts en Ligue des champions cette saison du côté de Manchester United, il manque à Romelu Lukaku un grand résultat pour se payer la place de numéro un dans le cœur du public belge. L'homme est sur le bon chemin.

    Moqué à son arrivée à Manchester United

    Son adaptation fut délicate à Manchester United. Le club anglais revenait en Ligue des champions face à Bâle en septembre 2017, et lui inscrivait le deuxième but (3-0). Un mois plus tôt, dès sa première rencontre officielle sous le maillot des Red Devils, il trouvait le chemin des filets en Supercoupe face au Real Madrid. Pourtant, le colosse (1,92 m) fut l’objet de nombreuses railleries lors de son arrivée à MU, notamment à cause des 85 millions dépensés pour s’offrir ses services. Certains observateurs évoquaient un énième transfert raté depuis la retraite de Sir Alex Ferguson.

    Pourtant, à 23 ans, Romelu Lukaku était devenu le meilleur buteur de l’histoire d’Everton avec 61 réalisations. Loin de son premier but chez les professionnels qu’il avait signé à 16 ans du côté d’Anderlecht.

    Jeune,Lukaku devait montrer sa carte d’identité pour prouver son âge à des parents qui se plaignaient de sa grande taille. Né dans une famille plus que modeste, avec un père footballeur en fin de carrière, il avait promis à sa mère qu’il serait professionnel pour changer la vie familiale.

    « Nous n’étions pas seulement pauvre, mais sans un sou  », avait-il écrit un jour, au point de rester parfois dans le noir par manque d’argent pour payer l’électricité. « J’ai toujours joué au football avec la rage car chez moi, il y avait des rats qui traînait autour et dans notre appartement », ajoutait-il.

    Un dingue d’analyse qui décortique tous ses matches

    « Adolescent, il était déjà physiquement hors-norme. Il a pris une revanche sur le destin. C’est un joueur qui décortique tout. C’est un dingue d’analyse. Il regarde tous ses matches, raconte Vincent Langendries, journaliste à la RTBF. Il estime qu’il ne sera jamais parfait et cherche sans cesse le progrès. C'est quelqu'un de tellement intelligent ».

    Romelu Lukaku, fervent catholique, a une force mentale exceptionnelle. S’il n’a pas été dans les plans de Marc Wilmots, l’ancien sélectionneur, il est désormais un titulaire indiscutable avec Roberto Martinez. Le fan de basket américain a inscrit 22 buts en 19 matches depuis l’arrivée du technicien espagnol. « Son rôle et celui de quelqu’un qui peut marquer des buts », avance simplement Martinez.  « Quand je vois son évolution, je me dis qu'il a tout en mains pour essayer de devenir le meilleur du monde à son poste. Il est sûr que je n'ai pas vu beaucoup d'attaquants comme lui », a dit Martinez après le match contre Panama.

    Romelu Lukaku a toujours voulu réussir en Belgique, pour sa mère et pour le maillot des Diables Rouges. Face à la Tunisie (samedi à 14h TU) dans le stade du Spartak Moscou, il aura une nouvelle fois l’occasion d’imposer son physique et son talent pour emmener la Belgique le plus loin possible, pourquoi pas vers sa première étoile.

     

    Coupe du monde 2018 : Calendrier, résultats et classements

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.