GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Cour suprême des Maldives confirme la défaite électorale du président Abdulla Yameen
    • Mort de Jamal Khashoggi: les explications de l'Arabie Saoudite ne sont «pas crédibles», selon Londres
    • Bébés nés sans bras de l'Ain: le gouvernement français lance une nouvelle enquête (Buzyn)
    • RDC: au moins 12 morts après une nouvelle attaque à Béni
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    Sports

    Mondial 2018: Nijni Novgorod, l'ouverture au monde

    media Le stade de Nijni Novgorod. Mladen ANTONOV / AFP

    Nijni Novgorod, ville interdite aux étrangers entre 1959 et 1990, accueille vendredi 6 juillet le quart de finale entre la France et l’Uruguay. Cette cité industrielle connue pour sa fabrication d’armes est également la ville où Andreï Sakharov, prix Nobel de la paix en 1975, a été assigné à résidence. Reportage.

    De notre envoyé spécial en Russie,

    « Enfin quelqu’un qui parle ma langue ! », s’exclame une jeune fille au moment où notre collègue de la rédaction russe commande une boisson en terrasse. Nous sommes dans la rue Bolshaya Pokrovskaya, longue artère piétonne que les supporters du monde entier arpentent de long en large depuis le début du Mondial. L'endroit est festif, des groupes de musiciens animent les lieux.

    Rebaptisée Gorky en 1939

    De mémoire de Nijégorodien, on n’avait jamais vu autant d’étrangers, dans cette cité d’environ 1,3 millions d'habitants considérée comme la cinquième ville du pays. Il faut dire qu’entre 1959 et 1990, il était impossible de fréquenter Nijni Novgorod si l’on n’était pas citoyen russe.

    Andreï Sakharov, physicien nucléaire, militant pour les droits de l'homme, les libertés civiles et la réforme de l'Union soviétique et prix Nobel de la paix en 1975, y a été assigné à résidence. A l’époque, la ville avait été rebaptisée Gorky (en 1939), empruntant le nom d’un célèbre écrivain russe, né en 1868 à Nijni.

    Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Gorki fournissait des équipements militaires pour le front. Ensuite, elle deviendra « ville fermée » à cause de ses usines d'armement (1959). Après la dissolution de l’Union soviétique, Nijni Novgorod retrouve son nom et s’ouvre à nouveau (1990). Et ce, grâce au gouverneur Boris Nemtsov, opposant à Vladimir Poutine, assassiné dans la nuit du 27 au 28 février 2015 en plein centre de Moscou, à quelques pas du Kremlin.

    Les habitants remercient Boris Nemtsov

    « A Nijni, les habitants remercient encore la décision de Boris Nemtsov. Avant, les bateaux de croisières qui naviguaient sur la Volga n’avait pas le droit d’accoster », raconte Andreï Repine, journaliste à Kommersant, quotidien économique russe.

    « Je me suis installé ici en 1997 et je me souviens d’une ville lugubre avec une population assez fermée. Aujourd’hui, elle a beaucoup changé. Les jeunes n’ont pas connu cet époque, ils voyagent désormais à l’étranger et la Coupe du monde ne fait que renforcer l’esprit d’ouverture », explique Andreï Repine à propos de ce grand centre industriel qui vit de la chimie, de la métallurgie, sans oublier le nucléaire.

    « On ne peut pas dire qu’il y ait eu un changement radical après l’ouverture de la ville. Mais depuis 10 ans, on voit des choses différentes, avec par exemple la construction de centres commerciaux. Il y a aussi de nouveaux quartiers qui apparaissent à l’extrémité de la ville », détaille Andreï Repine. Pour le Mondial 2018, Nijni Novgorod a construit un stade et s’est dotée d’un nouvel aéroport. De nouvelles routes ont vu le jour pour fluidifier le trafic. De nombreux bâtiments ont été restaurés.

    Connue pour ses vieilles maisons en bois

    Nijni Novgorod est aussi connue pour ses maisons en bois en plein cœur de la ville que des groupes d’activistes voudraient préserver. Depuis six mois, le nouveau gouverneur a entamé un dialogue avec les défenseurs de ce patrimoine. « Comme dans toutes les grandes villes, les promoteurs immobiliers sont intéressés par la moindre parcelle », avance Andreï Repine.

    A Nijni Novgorod, les touristes présents par milliers admirent Le kremlin érigé au XVIe siècle. Ils ont aussi la possibilité d’emprunter le plus long téléphérique d’Europe au-dessus de la Volga et d’aller découvrir la ville de Bor. Sans oublier la visite de l’église de la Nativité et de la Vierge Marie, au style baroque avec des coupoles colorées. L’édifice a été financé par un marchand de sel au XVIIe siècle.

    La visite d'Alexandre Dumas et Théophile Gautier

    L'écrivain français Alexandre Dumas avait fait escale ici en 1858 au cours de son voyage en Russie, qu'il décrira dans son livre De Paris à Astrakhan. La ville a également été visitée par le poète français Théophile Gautier. Nijni Novgorod est réputée pour ses universités et aussi l’apprentissage de la langue de Molière. « Je suis allé voir mon correspond à Rennes et je connais Paris », nous a raconté un jeune volontaire ravi de pratiquer son français.

    « Avant le début du Mondial, ici, il y a eu beaucoup de critiques de la part de la population, qui reprochait les moyens colossaux mis pour accueillir l’évènement », précise Andreï Repine. « Mais aujourd’hui, avoir le Mondial avec autant de monde dans une ville qui a été fermée pendant 25 années reste un bonheur immense pour une grande partie de la population. Tout le monde se souviendra des supporters suédois qui ont mis une ambiance incroyable dans le cœur de la ville », ajoute-t-il.

    Sauf pour notre jeune serveuse qui a certainement réagi plus par fatigue que par peur de l’étranger !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.