GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Aujourd'hui
Mercredi 22 Août
Jeudi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    On a bougé sur le Tour!

    media Geraint Thomas, Maillot Jaune du Tour de France 2018 à l'issue de la 11e étape. REUTERS/Stephane Mahe

    Après dix étapes durant lesquelles les favoris se sont regardés, les premières attaques ont eu lieu dans l’édition 2018 du Tour de France, entre Albertville et La Rosière. Le Gallois de la Sky Geraint Thomas a gagné l’étape et pris le Maillot Jaune. Dans son sillage, son équipier Chris Froome a fait très forte impression.

    La veille, la première étape de montagne avait accouché d’une souris. Ce mercredi 18 juillet, pour une 11e étape brève et intense entre Albertville et La Rosière (108,5 km dont 48 d’ascension et deux cols hors catégorie), on a enfin bougé sur le Tour.

    Cette situation inédite sur le Tour 2018 s’est déclenchée dans une montée… inédite elle aussi, le col du Pré, à 60 km du but. Alors qu’un groupe d’échappés fourni entamait l’ascension avec près de 6’ d’avance, au sein du peloton, on ne mouftait pas. On s’apprêtait déjà à écrire que, le temps passant, les outsiders en seraient une nouvelle fois quittes pour faire valoir leurs éternels regrets...

    Valverde à l'attaque

    On en était donc à préparer nos mouchoirs quand, à 54 km de l’arrivée, on assista à la première grande attaque du Tour. Elle était l’œuvre d’Alejandro Valverde, coleader d’une formation espagnole Movistar qui venait de se porter aux avant-postes.

    Les maillots blancs de la Sky en devinrent plus pâle encore ! C’est que les Britanniques ne pouvaient plus compter sur Luke Rowe, qui avait déjà sauté, et voyaient Gianni Moscon donner des signes de faiblesse.

    Valverde, lui, était en jambes. Il trouva vite appui sur son équipier Marc Soler, parti devant, pour le charrier plus haut, plus loin, plus fort. Plus vite en tout cas, puisque avant d’entamer l’ascension du cormet de Roselend, le vétéran espagnol comptait 2’ d’avance sur le peloton.

    Les Sky trouvèrent l’aide opportune et quasiment désintéressée des Bahrain-Merida de Vincenzo Nibali. Désintéressée ? Eh oui, si l’écart se réduisit effectivement, pour le clan du Sicilien, l’effort coûta cher au final.

    Alors que l’avance de Valverde sur le groupe Sky plafonnait – l’Espagnol s’était finalement vu plus beau qu’il n’était –, Tom  Dumoulin déploya ses ailes dans la descente du cormet de Roselend. Lancé à 93 km/h, le Hollandais roulant réussit la jonction avec l’Espagnol au pied de l’ascension finale, la montée de La Rosière (17,6 km à 5,8 km de pente moyenne). Mais, incapable de collaborer, Valverde laissa Dumoulin mouliner et filer. Plus bas, le peloton, emmené par une Sky intraitable, effectuait un grand ménage par l’arrière.

    Feu d'artifice dans la Sky

    A 5 km du sommet, et alors que le petit basque Mikel Nieve-Iturralde avait enfin réussi à fausser compagnie aux derniers rescapés de l’échappée et pensait filer vers la victoire finale, Geraint Thomas démarra à son tour.

    A ce moment-là, le Gallois, plus fidèle lieutenant de Froome, était déjà Maillot Jaune virtuel après que le leader du général au matin Greg Van Avermaet avait rendu les armes avec honneur. Il fit éclater le peloton. Le feu d’artifice pouvait commencer !

    Froome attaqua à son tour, provoquant Romain Bardet qui tentait de répondre mais sans cartouche. De leur côté, Nibali coinçait et Nairo Quintana n’osait rien. Après tout, le Colombien ne venait-il pas de remporter une première grande victoire dans ce Tour en se débarrassant de Valverde et Mikel Landa, ses équipiers et rivaux chez Movistar ?

    Plus haut, Thomas n’avait pas faibli. Il était revenu sur Dumoulin avant de le lâcher puis de fondre sur Nieve-Iturralde. Comme le second étage d’une fusée, Froome termina en trombe et passa la ligne en même temps que Dumoulin.

    Geraint Thomas dans la roue de Tom Dumoulin, sur la 11e étape du Tour de France 2018. REUTERS/Benoit Tessier

    Ce soir, tout le monde est content. Les outsiders ont tenté et s’endormiront sans regrets. Les spectateurs ont enfin été tirés de leur sieste par de beaux mouvements. Et les Sky, par Geraint Thomas, ont enfilé le Maillot Jaune. Le prochain passage de témoin devrait se faire vers un certain Chris Froome.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.