GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Gay Games Paris 2018: deux footballeurs Sierra léonais en quête de liberté

    media La délégation d'Afrique du Sud lors de la céromonie d'ouverture des 10e Gay Games à Paris, le 4 août 2018. Lucas Barioulet / AFP

    Plus de 10- 000 participants originaires de 90 pays, participent aux Gay Games à Paris qui s'achèveront le dimanche 12 août. C’est un rendez-vous sportif militant destiné à lutter contre les stéréotypes et discriminations et la haine envers les personnes LGBT+. Dans certains pays, l'homosexualité est illégale ou réprimée. C’est le cas de la Sierra Leone. Témoignages de deux footballeurs demandeurs d'asile.

    Un peu perdus dans le centre d’accréditation pour les athlètes, John et Steve (les prenons ont été modifiés) sont là pour récupérer leur badge. Tous deux, qui participeront au tournoi de football, ont fui la Sierra Leone en passant par la Guinée. La raison : leur homosexualité. Dans leur pays natal, leur orientation sexuelle est passible de peine de prison.

    Vivre librement sa sexualité

    Cela fait un peu plus d’un an que John vit à Clermont-Ferrand. « Je suis passé par Conakry en Guinée pour rejoindre l’Europe. J’ai fui mon pays parce que je ne pouvais pas vivre librement avec mon homosexualité. Des gens ont tenté de me mettre en danger juste pour le plaisir de dénoncer, car ils n’aiment les gays », raconte-t-il. Dans le Massif central, il est, la plupart du temps, dans la rue et trouve parfois refuge dans un foyer pour y passer la nuit. Surtout, il dit avoir déjà reçu un arrêté d’expulsion, mais aurait réussi à obtenir un délai de 6 mois grâce à son avocat. Ce jeune homme d'environ 25 ans qui est pourtant dans une situation très précaire se sent « libre » en Europe. « Je suis heureux d’être là avec la communauté gay et entouré de gens qui ne me jugent pas et me comprennent », avoue-t-il. 

    « Affirmer une certaine identité sexuelle en Afrique, c’est très difficile, commente un volontaire d’environ 65 ans, né en Côte d’Ivoire. Le combat reste entier dans beaucoup de pays du continent. Pour l’Afrique, un homme doit fonder une famille avec une femme. C’est le modèle social. C’était peut-être vrai il y a cinq siècles. Mais les choses évoluent ». Cet ancien professeur de lycée estime qu’il faut « décomplexer les regards en Afrique ». « Aujourd’hui, les jeunes Africains doivent s’affirmer plus. Il y a des pays où il y a une certaine forme de liberté, mais il faut rester discret. Cela doit changer », dit-il.

    L'exception sud-africaine

    Selon cet homme marié et père de famille, le milieu associatif doit mener la bataille et non les dirigeants qui d’une certaine manière n’en ont pas « le courage ». « Il faut que les ONG aillent sensibiliser les gens dans les campagnes. Ils l’ont fait avec les maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA.  Je sais que maintenant en Côte d’Ivoire, les mamans disent à leurs filles de se protéger ! Les associations ont pour avantage d’être au plus près de la population », argumente-t-il. Il ajoute en passant à propos de son implication : « C’est naturel, je me rapproche toujours des plus faibles. Je n’ai pas eu à hésiter. Et mes enfants sont fiers de moi. »

    « Moi aussi j’ai fui la Sierra Leone explique de son côté Steve. Pour une question de moralité, ma famille ne supportait pas mon orientation sexuelle. Je ne voulais pas finir en prison, car je militais pour le droit de la communauté LGBT+. J’ai fini par être recherché par la police et des amis mon permis d’atteindre la Guinée en voiture. Quand je suis arrivé à Paris, j’ai vécu dans la rue et j’y suis toujours. Mais ici je suis libre dans ma tête. »

    Sur tout le continent africain, une trentaine de pays interdisent l'homosexualité. L'Afrique du Sud fait figure de précurseur : le mariage gay est légalisé depuis 2006 et le pays de Nelson Mandela reconnaît aussi l’adoption aux personnes de même sexe. Les Pays-Bas ont été, en avril 2001, la toute première nation au monde à légaliser le mariage homosexuel.

    En France, en 2016, quatre à cinq mille lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels ont déposé une demande d’asile. 

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.