GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Golf: les Européens récupèrent la Ryder Cup

    media L'Europe a remporté la Ryder Cup 2018. Eric FEFERBERG / AFP

    La journée du dimanche 30 septembre a débuté dans la difficulté, mais l’équipe européenne est restée solide et a tenu tête face aux fiers joueurs américains. La compétition internationale, joyeuse et vivante qu’est la Ryder Cup, restera européenne. Elle aura au passage été une splendide ambassadrice pour le golf en France.

    « Vous savez s’il y a un village avec des animations ? » Nous sommes dimanche matin et un père, accompagné de son fils, est à la recherche d’un peu de cette ambiance golf dans les rues de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le jeune garçon a entendu parler du golf à la télévision et aimerait bien profiter de la fête. C’est un peu cela l’effet Ryder Cup avec cet ultra médiatique Tiger Woods qui fait de nouveau des étincelles sur les parcours. Sa venue à Paris a représenté une chance phénoménale pour le golf. Il faudra un ticket néanmoins pour l’observer et le père s’est éloigné avec son fils, car rien n’est accessible gratuitement hormis l’animation à Hôtel de Ville au cœur de Paris.

    Un événement populaire

    Arriver ce sur le site de la compétition fut même pénible pour les très nombreux fans. Supporters allemands, anglais, suédois étaient entassés dans des trains peu suffisamment nombreux pour desservir la compétition. La popularité de l’événement n’a semble-t-il pas été amplement évaluée par les organisateurs. On soulignait la ponctualité des golfeurs dans un précédent papier, ce dimanche, celle des navettes et des trains ne fut pas au rendez-vous.

    La ponctualité était néanmoins sur les greens et l’enthousiasme du public demeurait total. Mitchell est Américain. Arrivé du Texas hier soir, il repartira déjà demain. Entre deux hurlements au passage des golfeurs américains, il prend le temps de confier : « Je n’ai réussi à avoir qu’un ticket pour le dimanche, sinon je serais venu plus tôt. Je participe à toutes les Ryder Cup et encourage l’équipe américaine dans son ensemble ! » Puis il repart hurler en bord du green numéro 9. Non loin, Laura du Michigan raconte : « J’aime Tiger ! C’est pour l’équipe que je suis là, mais Tiger Woods est notre pépite dans l’équipe. » Elle est enthousiaste : « Cette compétition en bordure de Paris est merveilleuse. Je suis allée au Louvre et j’ai pu profiter d’un maximum de sites touristiques sous un super soleil ! » Esther et Nicolas, quant à eux, sont venus du Mans et s’amusent : « Il y a vraiment beaucoup d’ambiance, ça taquine ! » dit Esther en souriant pour évoquer les chants, les cris et autres plaisanteries des spectateurs au passage des golfeurs. « Ça n’a rien à voir avec une compétition habituelle ! » souligne-t-il. « C’est notre première Ryder, il fait beau et on ne peut pas rêver mieux avec Tiger Woods quand même ! »

    Le public a répondu présent durant la Ryder Cup 2018. Photo: Thomas Bourdeau / RFI

    Ne pas trembler face à Tiger Woods

    Le tigre a pourtant perdu tous ses matchs durant trois jours. Et le joueur européen qui nous a semblé le plus ému à la fin de son match de Ryder était l’Espagnol Jon Rahm qui a réussi à tenir tête et devancer le champion américain sur le green du 17. Imposant avec ses 100 kilos, le même mètre 88 que Tiger, il a su rester solide et ne pas trembler pour ramener un point pour l’équipe européenne. Une longue traînée de nuages avait semblé vouloir obscurcir le ciel de ce dimanche quand l’équipe des États-Unis commençait à encaisser les premiers points des matchs individuels.

    Puis Ian Poulter est passé, la foule a hurlé et les nuages se sont dissipés. Le poids de la compétition ne reposait bien évidemment pas sur un seul golfeur, mais s’il y en a bien un qui fait des étincelles lors des Ryder Cup et peut changer la météo c’est bien ce fou d’Anglais.

    Mais c’est à l’Italie que le privilège de sonner la fin de la partie au passage des 14 points, synonyme de victoire européenne, est revenu. Francesco Molinari au 16 à expédié parfaitement sa balle près du drapeau quand juste après : « Agua ? Water ? Elle est dans l'eau ? ». Les fans européens s’interrogeaient. Oui, Phil Mickelson trouvait l’eau. Plouf ! Une partie qui s’arrête sans même quitter le départ et la Ryder Cup redevient européenne.

    Cliquez sur l'image pour accéder au diaporama:
    La joie haute en couleur des fans de la Ryder Cup. © Thomas Bourdeau
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.