GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Basket: Patrick Mutombo, le banc de touche NBA pour s’y faire un prénom

    media Patrick Mutombo (D) discute avec un joueur des Toronto Raptors, en juillet 2017 à Las Vegas. Photo by David Dow/NBAE via Getty Images

    Aux côtés des Joel Embiid et autres Luc Mbah a Mouté, nombreux sont les Africains qui font leur trou dans la meilleure ligue de basket du monde. Sur le banc, et ce depuis plusieurs saisons maintenant, un autre talent, venu du continent, fait son petit bonhomme de chemin, en se faisant un nom dans le monde des techniciens, en la personne du Congolais des Toronto Raptors, Patrick Mutombo.

    De notre correspondant en NBA, Michael Oliveira Da Costa

    Il possède le même nom de famille que la légende Dikembe, mais un Mutombo peut en cacher un autre. Et cela, Patrick Mutombo, le sait bien : « il n’y a pas un jour où l’on me demande si Dikembe est mon père, c’est quelque chose qui me suivra toujours », sourit le technicien natif de République démocratique du Congo.

    Seul assistant coach de toute la NBA originaire d’un pays d’Afrique francophone, le natif de Kinshasa a d’abord été un joueur qui a réalisé une carrière professionnelle honorable, entre les États-Unis et l’Europe. « J’ai d’abord reçu une bourse d’étude à l’université de Metropolitan State à Denver où j’ai joué durant 4 saisons. Après avoir reçu mon diplôme, je suis parti en Italie, puis en Grèce pour y jouer professionnellement, avant de revenir aux Etats-Unis et tenter ma chance en D-League, l’antichambre de la NBA », précise Mutombo. Mais aux portes de la meilleure ligue du monde, tout s’arrête. Une blessure récurrente au dos le pousse à raccrocher short et baskets fin 2010.

    Transition naturelle

    La transition vers les bancs se fait naturellement pour ce passionné de ballon orange, et le jeune retraité retourne dans le Colorado et le campus de Metro State, où tout a commencé pour lui, et se joint aux assistants de l’équipe de la fac.

    Après quelques semaines à donner un coup de main au technicien de son ancienne université, Patrick Mutombo voit tout s’enchainer très rapidement. « Un jour, je me suis mis à discuter avec mon entraineur et il m’a dit que quelqu’un voulait me parler. C’était le mythique George Karl, qui était en poste aux Denver Nuggets. Les portes de la NBA s’ouvraient à moi, j’étais tellement heureux et conscient que c’était une opportunité unique », se souvient-il.

    Moins d’un an après avoir arrêté sa carrière de joueur, le jeune technicien se retrouve sur les bancs d’une des meilleures équipes de la ligue, et travaille avec les jeunes joueurs de la franchise, dont le Français Evan Fournier qui, a 19 ans, découvre la NBA. Le jeune trentenaire commence à se faire un nom, et un prénom, dans la ligue de basketball la plus compétitive du monde.  

    Le rêve de devenir entraineur principal

    Mutombo est rapidement responsabilisé et devient un élément incontournable du staff de la franchise des montagnes rocheuses, mais après trois saisons, il décide de tenter une nouvelle aventure dans le Texas, dans la franchise de D-League affiliée aux Spurs de San Antonio, à Austin. « J’ai beaucoup appris à Denver et à Austin, mais mon ancien collègue aux Nuggets, le Nigérian Masai Ujiri, avait été nommé directeur sportif des Raptors de Toronto et m’appelle pour me dire de le rejoindre au Canada. Je le rejoins dans une franchise au projet excitant », souligne l’actuel assistant coach de Nick Nurse dans l’Ontario.

    Dans la franchise « la plus Africaine de NBA », selon ses propos, Mutombo côtoie d’autres éléments originaires du continent, comme l’Hispano-Congolais Serge Ibaka, le Camerounais Pascal Siakam, le Nigérian O.G Anunoby ainsi qu’un autre assistant coach venu du sud-est, le Swazi Jama Mahlalela.

    Solidement installé dans son rôle d’entraineur assistant chez le leader de la conférence Est, Patrick Mutombo reste ambitieux, et continue de croire en ses chances. « Je suis fier de mon parcours jusqu’à présent, mais je travaille dur pour un jour devenir le premir Africain à être entraineur principal en NBA. Je veux montrer qu’un gars venu du continent peut atteindre ses rêves ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.