GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Sports

    Athlétisme: la décision du TAS reportée à la fin avril dans l'Affaire Semenya

    Le Tribunal arbitral du sport a repoussé à la fin avril sa décision dans l'affaire controversée de l'athlète sud-africaine Caster Semenya, qui veut faire invalider un règlement imposé aux athlètes féminines produisant naturellement beaucoup de testostérone, a annoncé le TAS jeudi. A l'issue d'une semaine d'audience en février, le TAS, juridiction suprême en matière sportive, avait annoncé qu'il rendrait sa décision «d'ici au 26 mars». Mais jeudi le tribunal qui siège à Lausanne, a annoncé que «depuis l'audience du 18 au 22 février dernier, les parties ont soumis des documents complémentaires et ont convenu de reporter la décision arbitrale jusqu'à la fin avril». «Aucune date précise n'a encore été fixée», a précisé le TAS dans un communiqué. Le TAS a examiné durant une semaine le recours de la championne sud-africaine contre le nouveau règlement de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) qui impose aux femmes "hyperandrogènes" de faire baisser, avec des médicaments, leur taux de testostérone pour participer aux épreuves internationales du 400 m au mile (1609 m). Triple championne du monde (2009, 2011, 2017) et double championne olympique du 800 m (2012, 2016), Caster Semenya assure être «incontestablement une femme» et dénonce des règles destinées, selon elle, à la «ralentir».  La Sud-Africaine n'est pas la seule athlète qui pourrait être affectée par ces nouvelles règles, suspendues en attendant la décision du TAS: les médaillées de bronze et d'argent sur 800 m aux JO de Rio en 2016, Francine Niyonsaba (Burundi) et Margaret Wambui (Kenya), ont également été confrontées à des questions sur leur taux de testostérone.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.