GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Athlétisme: Marie-Josée Ta Lou vient saluer Dakar

    media Marie-Josée Ta Lou à Dakar, le 13 avril 2019. Photo: RFI

    Marie-Josée Ta Lou, double championne d’Afrique (100m et 200m), est l'invitée d’honneur de la deuxième édition du Marathon Eiffage de Dakar qui se déroule le 15 avril. Un retour aux sources pour celle qui s’est entraînée dans la capitale sénégalaise. En 2019, l’Ivoirienne aura comme principal objectif les Championnats du monde d’athlétisme à Doha au Qatar en septembre prochain.

    De notre envoyé spécial à Dakar,

    L’après-midi est belle, l’ambiance est chaude, des enfants venus par centaines profitent des ateliers du Comité national olympique et sportif sénégalais pour s’initier à l’athlétisme à la veille du marathon de Dakar. Parmi eux, la relève du sprint pourrait être présente.

    Ici tout à commencer pour elle

    Mais pour le moment, le continent compte notamment sur l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, venue en guest-star dans la capitale sénégalaise. La vice-championne du monde du 100 m et du 200m connaît bien la ville, elle s’y est entraînée plusieurs années.

    « Je suis heureuse de revenir ici après une année et demie d’absence, raconte celle qui a choisi de continuer le travail en Côte d’Ivoire. Le Sénégal, c’est le pays où tout a commencé pour moi. J’ai y connu la souffrance des séances d’entraînement, mais je suis partie après mes deux médailles d’argent (Mondiaux de Londres en 2017, NDLR). Dakar m’a permis de devenir cette championne que je suis aujourd’hui. Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens en ce moment ».

    Sourire aux lèvres, comme toujours, Marie-Josée Ta Lou sait que cette année 2019 va beaucoup compter dans son parcours. Les championnats du monde de Doha en septembre prochain restent évidemment l’objectif de la saison. Et pour mieux les préparer, elle profite de la chaleur familiale à Abidjan dans son propre pays. Mais la triple championne d’Afrique sait que désormais tous les regards sont portés vers elle. « Je ne dois pas me laisser distraire », dit-elle.

    « Je travaille, je suis sérieuse. On regarde ce qui n’a pas fonctionné ces dernières années et on essaye de corriger. J’ai beaucoup amélioré mes départs et maintenant je dois améliorer mes cassés (arrivées) », avance Marie-Josée Ta Lou qui pense à ces deuxièmes places aux Mondiaux et à cette quatrième place « mal digérée » lors des JO de Rio en 2016. « Cela m’a empêché d’avoir le bronze au Brésil et l’or à Londres », avoue-t-elle. Voilà maintenant plus de deux années que la sprinteuse tente d’améliorer sa fin de course.

    Une saison dense à l'horizon

    Pour la confiance, Marie-Josée Ta Lou se remémore les derniers Championnats d’Afrique au Nigeria où elle a remporté l’or sur le 100m et 200m. « Je savais que je n’avais pas le droit à l’erreur. Je devais montrer que j’étais la meilleure même si les temps réalisés n’étaient pas excellents. Mais les médailles sont là », avance-t-elle.

    La saison s’annonce dense pour Marie-Josée Ta Lou qui devra arriver au top de sa forme au Qatar. « Je vais monter tranquillement en pression, et au fur et à mesure, je verrais avec mon coach comment affiner mon calendrier ». La native de Bouaflé devrait être entre autres aux Ligues de diamant de Doha, Shanghai, Rome, Rabah, Eugene et Paris.  « Ce seront des compétitions tests. Elles vont me permettre de savoir où j’en suis dans la préparation. Je sais que mes adversaires seront aussi prêtes. Et il ne faut pas oublier que ce sera le retour de Shelly-Ann Fraser-Pryce (double championne olympique du 100m). La concurrence permet de se surpasser, d’aller chercher le meilleur de soi », avance Marie-Josée Ta Lou.

    En attendant, l’Ivoirienne profite d'une fin d'après-midi dakaroise et jette un œil bienveillant sur les jeunes pousses qui seront peut-être les stars de demain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.