GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Iran déclare avoir abattu un drone américain sur son territoire (TV)
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    • Disparition de Philippe «Zdar», du duo électro français Cassius (agent)
    Sports

    Mondial féminin 2019: victorieuses, les Bleues sur la route des huitièmes

    media Valérie Gauvin félicitée par Amel Majri après son but pour l'équipe de France contre la Norvège, le 12 juin 2019. Eric Gaillard /Reuters

    L’équipe de France a dû davantage s’employer que contre la Corée du Sud mais a fini par prendre le dessus sur la Norvège mercredi, lors de son deuxième match de cette Coupe du monde (2-1). Grâce aux buts et Valérie Gauvin et d’Eugénie Le Sommer, les Françaises ont un pied et quatre orteils en huitièmes de finale.

    La Norvège n’est pas aussi dangereuse qu’il y a quelques années, surtout en l’absence d’Ada Hegerberg, premier Ballon d’or féminin de l’histoire, mais la France savait que sa tâche ne serait pas aussi simple que ne le fut son premier match face à la Corée du Sud (4-0), en ouverture de « son » Mondial. Et effectivement, les joueuses de Corinne Diacre ont dû cravacher bien plus que face à leurs premières adversaires. Mais le résultat souhaité est là : ce mercredi 12 juin, la France a enchaîné un deuxième succès de rang (2-1) qui lui offre la première place du groupe A assortie d’un ticket quasi certain pour les huitièmes de finale.

    ►Le calendrier des résultats de la Coupe du monde ici: http://graphics.rfi.fr/coupe-du-monde-feminine-france-2019-calendrier-resultats/

    Gauvin se rachète

    Au coup d’envoi, la sélectionneure Diacre avait décidé de changer ses plans par rapport au onze qui a écrasé les Sud-Coréennes. Reléguée sur le banc des remplaçantes le 7 juin au Parc des Princes à cause de ses retards à l’entraînement, Valérie Gauvin a cette fois été titularisée à l’Allianz-Riviera de Nice face aux Norvégiennes. Un changement de plan qui a conduit Delphine Cascarino à s’assoir sur le banc cette fois.

    Dominatrices en première période, les Bleues ont imprimé du rythme et Kadidiatou Diani a fait passer des frissons aux nombreux supporters et supportrices présents dans l’écrin de Côte d’Azur. Du spectacle donc, mais point de but dans ces 45 premières minutes. Il manquait alors toujours un pied ou une tête pour convertir ces envolées offensives.

    Valérie Gauvin exulte après son premier but en Coupe du monde face à la Norvège, le 12 juin 2019. Eric Gaillard/Reuters

    La délivrance est toutefois très vite arrivée après la pause. Sur un centre parfait d’Amel Majri, Valérie Gauvin n’a pas laissé passer une nouvelle occasion. A bout portant, l’attaquante a trompé Ingrid Hjelmseth et soulagé tous les Français qui attendaient ce but pour souffler (46e). A ce moment de la rencontre, les feux étaient au vert côté tricolore.

    Renard malheureuse

    La Norvège n’a toutefois pas abandonné et a bénéficié d’un coup du sort heureux… ou malheureux, ça dépend de quel côté on se place. Face à la Corée du Sud, Wendie Renard avait inscrit deux buts. Nul doute que la longiligne défenseure française aurait signé pour une nouvelle réalisation face aux Norvégiennes… mais certainement pas contre son camp ! C’est pourtant la mésaventure qui lui est arrivée, de manière assez incompréhensible. Un peu perdue dans la surface de réparation française, la tour de contrôle de l’arrière-garde des Bleues a commis l’erreur de pousser au fond des filets de Sarah Bouhaddi un centre sans grand danger de la Norvège (54e).

    Déboussolées, les Françaises ont mis quelques minutes pour reprendre leurs esprits et se remettre à l’endroit, sous les conseils d’une Corinne Diacre toujours attentives. Peu mises en danger jusqu’alors, les Bleues ont retrouvé leur jeu et ont eu droit à l’aide du corps arbitral quand Marion Torrent s’est retrouvée au sol, après un dégagement d’Ingrid Engen.

    Le moment fatal où Wendie Renard marque contre son camp face aux Norvégiennes à Nice. Jean-Paul Pélissier/Reuters

    Mme Bibiana Steinhaus est allée revoir l’image au ralenti et a tranché : de manière involontaire, Engen a essuyé ses crampons sur le genou de Torrent. Le même genre d’action qui avait offert un deuxième penalty aux Espagnoles face aux Sud-Africaines le 8 juin. Conséquence ce mercredi : penalty pour la France et carton jaune pour la défenseure norvégienne.

    Le Sommer qualifie presque la France

    Wendie Renard a déjà transformé moult penalties dans sa carrière. Mais, peut-être échaudée par son but contre son camp plus tôt, la Lyonnaise n’a pas cherché à se présenter face à la gardienne. C’est à Eugénie Le Sommer que cette responsabilité est revenue. Et avec sang froid, l’attaquante a transformé ce penalty (72e). Cela fait 76 buts chez les Bleues pour elle désormais ; le record de Marinette Pichon (81 buts) se rapproche encore.

    Eugénie Le Somme a inscrit sur penalty le but de la victoire des Bleus contre la Norvège (2-1). Eric Gaillard/Reuters

    Ce fut compliqué, mais les Françaises comptent désormais deux victoires et six points après deux journées dans cette phase de poules. C’était l’objectif de la coach Diacre et de ses joueuses. Mathématiquement, l’équipe de France n’est pas encore qualifiée pour les huitièmes de finale malgré sa première place dans le groupe A. Mais il faudrait un véritable cataclysme et un concours de circonstances à peine imaginable pour que les Bleues ne terminent pas à l’une des deux premières places de leur groupe ou qu’elles n’accrochent pas une place de meilleures troisièmes. Les Françaises peuvent envisager leur troisième et dernier match de poule contre le Nigeria le 17 juin à Rennes avec sérénité. Après quoi, cette Coupe du monde changera de dimension avec le début de la phase à élimination directe et la montée de niveau logique qui l’accompagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.