GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Sports

    Football: le prêt de Coutinho au Bayern éloigne encore Neymar de Barcelone

    media Philippe Coutinho pose avec le maillot de son nouveau club, le Bayern Munich, le 19 août 2019. Michael Dalder/Reuters

    Le Bayern Munich a officialisé lundi l’arrivée de Philippe Coutinho sous la forme d’un prêt payant en provenance du FC Barcelone. Une opération qui traduit l’échec du Brésilien en Catalogne et qui complique le projet du Barça de faire revenir Neymar du PSG. En effet, Coutinho était la meilleure monnaie d’échange des Catalans pour faire céder le club parisien.

    Un an et demi à espérer, à chercher les points positifs pour se rassurer. Et finalement, la vérité n’est plus cachée : la greffe FC Barcelone-Philippe Coutinho n’a pas pris. Le Brésilien, arrivé en superstar en janvier 2018, a fait ses valises. Lundi 19 août, l’affaire a été conclue : Coutinho a été officiellement prêté au Bayern Munich pour la saison 2019-2020.

    En échec au Barça, Coutinho espère retrouver la lumière en Bavière

    Un prêt payant pour être exact : le Bayern, orphelin de Franck Ribéry (parti) et d’Arjen Robben (retraité), va débourser 8,5 millions d’euros pour les services du Brésilien et va aussi prendre en charge son salaire de 12 millions d’euros net par an. Une bonne solution, a priori, pour les champions d’Allemagne, qui visaient surtout Leroy Sané (Manchester City) avant que celui-ci se blesse gravement. Ce prêt permet au Barça d’alléger son immense masse salariale d’une part, et de trouver une issue à un joueur devenu encombrant d’autre part.

    Car Philippe Coutinho et le FC Barcelone, c’est ce qu’on appelle aussi une catastrophe industrielle. « Un immense désastre », titre même le quotidien sportif Sport, proche du Barça. Quand le géant catalan a enfin réussi à arracher le milieu offensif à Liverpool il y a 18 mois, il a dû débourser 120 millions d’euros + 40 millions d’euros de bonus. Une fortune pour un joueur alors parmi les meilleurs du monde et appelé à prendre la succession de l’icône Andrés Iniesta à Barcelone.

    Mais voilà, dans le onze d’Ernesto Valverde, Coutinho n’a jamais vraiment trouvé sa place. Très polyvalent, il a surtout évolué en attaque dans un premier temps. Bien sûr, il a marqué et donné quelques passes décisives. Mais le jeu spécifique du Barça, auquel Luis Suarez par exemple s’est parfaitement adapté, n’a pas collé avec Philippe Coutinho. Sa polyvalence a fini par le desservir : en attaque comme au milieu, des spécialistes ou des joueurs à l’ADN blaugrana (Ousmane Dembélé, Arthur, Rafinha) ont fini par le supplanter.

    Même avec les supporters, le disque s’est rayé : ce printemps, des sifflets ont été entendus dans un Camp Nou qui n’avait plus de patience, surtout après les deux derniers affronts subis en Ligue des champions face à l’AS Rome en 2018 et Liverpool en 2019. L’ancien joueur des Reds a mal pris ces huées à son encontre. Et le mercato d’été, avec les signatures d’Antoine Griezmann et de Frenkie de Jong, a donné le ton : Philippe Coutinho n’était plus désiré. Le voilà parti chercher la lumière en Bavière sous la forme d’un prêt payant, assorti d’une option d’achat ; le Bayern devra verser 120 millions d’euros s’il veut conserver le joueur dans un an.

    Philippe Coutinho répondant aux critiques et aux sifflets après son but lors du match Barça-Manchester United, le 16 mars 2019. Susana Vera/Reuters

    Paris et Barcelone toujours dans l'impasse concernant Neymar

    Le départ de Coutinho en direction de Munich n’arrange par Neymar. Le Brésilien, arraché par le Paris Saint-Germain au FC Barcelone en 2017 pour 222 millions d’euros (le montant de sa clause libératoire), veut retourner dans son ancien club. Paris, qui a décidé de ne plus tout céder à ses joueurs y compris à ses stars, n’est pas contre, à condition de s’y retrouver financièrement. Leonardo, le directeur sportif, ne varie pas : hors de question de brader son compatriote de 27 ans, souvent blessé depuis qu’il est en France mais toujours hautement valorisé.

    Problème : entre sa masse salariale colossale et ses quelques 250 millions d’euros investis lors du mercato estival, le Barça estime ne pas pouvoir financer un transfert sec de Neymar, en dépit des desiderata de Lionel Messi. Une option envisagée, pour faire baisser la note d’une potentielle opération, est d’inclure des joueurs dans la transaction. Dans l’effectif barcelonais, Philippe Coutinho représentait un élément de valeur, susceptible d’intéresser le PSG. Avec le départ du Brésilien au Bayern, le Barça a un atout de choix en moins dans sa poche.

    Neymar Jr sous le maillot du PSG, début mai 2019 face à Angers. Son dernier match de la saison 2018-2019. Stéphane Mahé/Reuters

    D’après Le Parisien et RMC Sport, les champions d’Espagne s’apprêtent à formuler une nouvelle offre au PSG : un prêt de Neymar avec option d’achat obligatoire. Une proposition qui devrait être retoquée d’office par les dirigeants parisiens, intransigeants : si Neymar s’en va, ce sera seulement à leurs conditions, c’est-à-dire contre beaucoup d’argent. Paris n’entend pas céder son joyau pour un prix inférieur à celui déboursé en 2017. Entre le PSG et le Barça, les relations sont glaciales depuis le transfert de Neymar en 2017, alors pas question de se faire de adeau.

    La piste Real Madrid s’est nettement refroidie et les positions parisiennes et barcelonaises étant toujours aussi éloignées – encore faut-il que les volontés de chacun soient réelles, dans ce milieu ou le poker-menteur est une règle de base –, la perspective de voir Neymar retourner en Espagne d’ici la fin du mercato le 2 septembre apparaît de plus en plus illusoire. Il est bien possible que, faute d’accord, le Brésilien doive se résoudre à passer une troisième saison à Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.