GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    • Chili: près de 200 manifestants éborgnés par les forces de l'ordre depuis le début de la crise sociale (INDH)
    • Chili: le Parlement convoque un référendum afin de réviser la Constitution de Pinochet (officiel)
    Sports

    Jeux africains: l’haltérophilie, une passion continentale

    media L'Egyptien Mohamed Ihab, médaillé de bronze à Rio en 2016 et présent aux Jeux africains. Photo: Farid Achache RFI

    Les épreuves d’haltérophilie ont débuté à Rabat ce dimanche 25 août. Sport olympique depuis les Jeux olympiques d'été de 1896 à Athènes, l’haltérophilie est pratiqué sur tout le continent africain et dominé par l’Egypte. Reportage.

    De notre envoyé spécial au Maroc,

    Dans une salle omnisports d’un quartier calme de Rabat, des haut-parleurs crachouillent une musique techno. Derrière le podium, on entend le bruit des poids qui frappent le sol, les athlètes s’échauffent. Quelques officiels se font prendre en photo. L’ambiance est feutrée, le public un peu absent.

    Dehors, à quelques mètres de là, alors que le soleil est au zénith, djellabas et babouches aux pieds, on palabre entre hommes sur la terrasse du bar du quartier, sans vraiment s’intéresser à cette discipline ancestrale. À l’intérieur, des jeunes jouent aux cartes en sirotant un soda américain sous le ventilateur. L'haltérophilie reste une affaire de spécialistes. 

    Une féminine à l'entraînement. Photo: Farid Achache RFI

    Propulser la barre et les poids au-dessus de la tête

    Ce sport qui consiste à soulever des poids situés aux deux extrémités d’une barre, est présent aux Jeux africains. Deux mouvements principaux peuvent être exécutés, à savoir l'arraché et l'épaulé-jeté. Le but : propulser la barre et les poids au-dessus de la tête en ayant les bras tendus. Si l’arraché s'effectue en une fois, l'épaulé-jeté se déroule en deux temps. Avant de soulever la barre au-dessus de la tête, elle doit être posée sur le haut de la poitrine, puis sur les épaules.

    La porte extérieure de l’espace dédié à l’entraînement durant toute la compétition est ouverte. Des gamins en patins à roulettes regardent l’égyptien Mohamed Ihab transpirer à grosses gouttes. Ils n’imaginent absolument pas qu’ils ont face à eux le  médaillé de bronze aux JO de Rio en 2016, et un triple champion du monde et d’Afrique. Lui, cheveux frisés et sourire de circonstance, arbore un tee-shirt rouge sur lequel on peut lire Tokyo. Son prochain objectif. Il soulève ses poids jusqu’à plus soif, sous le regard approbateur de son entraîneur.

    « L’haltérophilie, je suis tombé dedans tout petit à l’âge de huit ans, raconte Mohamed Ihab. Toute ma famille pratique ce sport et mon père a été champion d’Afrique. » À côté, un athlète congolais avoue son admiration : « Il représente l’Afrique dans les compétitions mondiales, il nous rend fiers ». Deux Camerounaises étirent leurs muscles endoloris par l'effort.

    Le Tunisien Karem Ben Hnia. Photo: Farid Achache RFI

    « L'Égypte fait partie des pays les plus importants dans la hiérarchie mondiale de ce sport. Le Nigeria, le Cameroun et l’Afrique du Sud ont aussi de très bons haltérophiles », avance Fathi Masmoudi, président de la Fédération tunisienne, satisfait que l’haltérophilie soit encore sport olympique.

    Sous la surveillance du Comité international olympique

    La vingtaine de cas de dopage entre les jeux de Pékin en 2008 et ceux de Londres en 2012 avait mis le feu aux poudres au sein de la Fédération internationale. Le Comité international olympique (CIO) et l’agence mondiale antidopage avaient pris le taureau par les cornes pour mettre de l’ordre dans la famille de l’haltérophilie.

    Le CIO avait décidé de laisser la Fédération internationale d'haltérophilie sous surveillance, avant de confirmer sa place aux jeux Olympiques 2024, demandant de fournir avant la fin 2017 des propositions concrètes afin de lutter contre le dopage.

    Peu importe, l’haltérophilie reste populaire sur une grande partie du continent africain. « Je m’entraîne trois fois par jour et c’est ma passion, explique le Tunisien Karem Ben Hnia. J’ai commencé à l’école primaire et je n’ai plus jamais arrêté. Ça fait 17 ans ! » Au milieu de l'après-midi, le speaker annonce les noms des athlètes qui vont faire leur entrée pour la première journée de compétition. Trois gamins du quartier jettent un œil par la porte arrière du gymnase, rigolent, et s'éclipsent aussitôt. 

    Quant à la Malgache Rosina Randafiarison (45 kilos), elle quitte les lieux le devoir accompli, avec une médaille d'or autour du cou. 

    À relire ►► Jeux africains: Franck Mombey, le boxeur gabonais qui rêve de Tokyo 2020

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.