GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 21 Janvier
Mercredi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'opposant vénézuélien Juan Guaido rencontrera mercredi à Bruxelles le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell
    • Irak: trois manifestants tués à Bagdad (médecins)
    • Chine: le virus transmissible entre humains, selon un expert gouvernemental
    • Venezuela: Pompeo pour «soutenir» les efforts contre la «tyrannie» de Maduro
    • RDC: une panne de l'émetteur de RFI à Goma empêche actuellement la diffusion de nos programmes
    • Réforme des retraites: nouvelle intrusion au siège de la CFDT avec coupure d'électricité revendiquée par la CGT Energie IDF (syndicats)
    • Russie: Vladimir Poutine a déposé ses propositions d'amendements à la Constitution (Parlement)
    • Détroit d'Ormuz: huit pays européens soutiennent la création d'une mission maritime, annonce le ministère français des Affaires étrangères
    • Norvège: les populistes du Parti du Progrès quittent le gouvernement après le rapatriement d'une femme de jihadiste
    • Virus en Chine: l'épidémie doit être «résolument enrayée», dit le président Xi Jinping
    • Tony Hall, le directeur de la BBC, annonce qu'il démissionnera cet été
    Sports

    Jacques Chirac et le sport, un rapport complexe

    media Jacques Chirac, au centre, entouré de Laurent Blanc (à gauche) et de Didier Deschamps et Michel Platini (à droite), lors de la victoire de l'équipe de France de football, en finale de la Coupe du monde 1998. DANIEL GARCIA / AFP

    Jacques Chirac, qui s’est éteint ce 26 septembre 2019, a entretenu durant ses douze années de présidence (1995-2007) un rapport complexe aux sports. Sous ses deux mandats se sont déroulés certains des plus grands exploits français, dont le sacre mondial des footballeurs en 1998.

    Plus que tout autre président de la Ve République française, Jacques Chirac avait une allure sportive. Mais aimait-il le sport ? Pas vraiment, répond un Michel Platini qui l’accompagne au Brésil en 1997. « Le sport ne l’intéresse pas trop, assure alors l’ex-star du football français. Mais il a une grande admiration pour les sportifs ».

    Sous sa présidence, deux champions olympique, l'ancien escrimeur Jean-François Lamour et l'ex-athlète Guy Drut, deviennent ministres des Sports. Mais son admiration va surtout aux sumotoris, les pratiquants de cet art martial japonais. Au point que l’un de ses chiens s’appelait « Sumo ».

    En 2005, lors d’un de ses nombreux voyages au Japon, il assiste au tournoi de printemps, dans la ville d’Osaka.

    Des séquences insolites

    Jacques Chirac est moins familier avec d’autres sports. En 1995, il reçoit au palais présidentiel de l’Élysée les handballeurs, tout juste sacrés champions du monde. Au meilleur d’entre eux, Jackson Richardson, il demande « Do you speak French ? » Le président croyait avoir affaire à un naturalisé.

    Autre séquence : avant la finale de la Coupe du monde 1998 de football, alors que le speaker du Stade de France égrène les noms des « Bleus », le mouvement des lèvres du chef de l’État est sans équivoque : il ne les connaît pas. Ça ne l’empêche pas de participer à la fête, après la victoire 3-0 face au Brésil, et de remettre le trophée au capitaine, Didier Deschamps.

    Jacques Chirac remet la Coupe du monde de football aux «Bleus» en 1998

    Dans cette même enceinte, en 2002, à l’occasion de la finale de la Coupe de France de football, ulcéré par les sifflets de certains supporters de Bastia pendant l’hymne national, il quitte la tribune officielle avant de convoquer la télévision. « Quelques irresponsables ont cru devoir siffler La Marseillaise. C’est inadmissible et inacceptable », tonne-t-il. Ce jour-là, Jacques Chirac refuse de descendre serrer la main des joueurs, considérant qu’au Stade de France, l’un des symboles de la France venait d’être bafoué.

    Incident lors d'un match de football : la colère de Jacques Chirac
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.