GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    Sports

    Mondial 2019: Quand les Japonais se passionnent pour leurs rugbymen

    media Des spectateurs japonais lors du match Japon-Écosse de la Coupe du monde de rugby à XV, le 13 octobre 2019 à Yokohama. REUTERS/Matthew Childs

    Timidement suivis au début de la Coupe du monde 2019, les irrésistibles rugbymen japonais ont emporté l’adhésion de tout un pays, à force de victoires. Leur quart de finale face aux Sud-Africains, prévu le dimanche 20 octobre à Tokyo, est donc très attendu.

    Il aura beau multiplier les regards implorants, Yasuo n’aura pas gain de cause. Le petit garçon, comme tant d’autres avant lui, ne récupèrera pas le trésor tant espéré, un maillot blanc et rouge de ses nouveaux héros, les joueurs de l’équipe nationale de rugby du Japon. Trop tard. Rupture de stock. « On a vendu les derniers la semaine dernière », glisse Maiko, la vendeuse qui n’en finit plus de s’excuser auprès des nombreux clients qui repartent dépités de la boutique officielle de la Coupe du Monde, située en face de la gare de Shinjuku, la plus fréquentée de Tokyo.

    Et pendant que Kazuki, le père de Yasuo, tente de consoler son fils en lui achetant une peluche à l’effigie de Ren-G, la mascotte officielle de la compétition, Danny Robinson, le manager de la boutique confirme : « Jusqu’à maintenant, on a reçu des maillots par vagues par notre fournisseur. Mais, à chaque fois, ils ne sont pas restés longtemps, quelques heures tout au plus... Désormais, c’est plus compliqué, je ne suis pas sûr qu’il en reste beaucoup au Japon. »

    « On regarde les matches avec mes sœurs »

    Selon World Rugby, 200 000 exemplaires du précieux maillot se sont déjà écoulés. Signe du succès populaire foudroyant des « Brave Blossoms » [qu’on pourrait traduire par « les courageuses fleurs de cerisier », Ndlr] depuis leurs exploits face à l’Irlande (19-12) le 28 septembre et surtout face à l’Écosse (28-21) le 13 octobre. Longtemps incertain à cause du typhon Hagibis, le match face aux Écossais a finalement offert au pays une soirée historique avec sa première qualification pour les quarts de finale d’un Mondial. Un moment de communion intense avec le public japonais qui a fait dire au demi de mêlée Yutaka Nagare qu’il avait sans doute vécu « le plus beau moment sa vie ».

    Croisés ce soir-là dans les travées du Stade de Yokohama, Tomoya et ses amis, euphoriques au coup de sifflet final, n’étaient pas loin de penser la même chose : « On est plutôt fans de football à la base, mais ils ont vraiment réalisé quelque chose d’incroyable. C’est historique pour notre pays ! » Comme eux, Kayo, trentenaire plus à l’aise en course à pied qu’en mêlée, s’est laissée prendre au jeu : « J’ai manqué le premier match mais on en n’a pas raté un depuis. On va les voir à la fans-zone de Chofu [dans la banlieue de Tokyo, Ndlr]. C’est devenu un rituel avec mes sœurs ! »

    Ce n’est pas la moindre des prouesses des joueurs de Jamie Joseph : attirer des millions de supporters dans leur sillage, dans un pays plus enclin à se passionner pour le baseball ou le ballon rond. D’origine néo-zélandaise, le sélectionneur est à la tête de l’équipe nippone depuis 2016 et il prend peu à peu conscience de l’engouement suscité. « Ça fait du bruit. À l’hôtel, les gens nous applaudissent. Quand on sort du métro, il y a cinquante personnes qui nous font une haie d’honneur. C’est nouveau pour nous », glisse l’ancien All Black.

    Records d’audience

    Débutant sa Coupe du monde discrètement il y a un mois, malgré l’étiquette du pays organisateur, l’équipe japonaise provoque maintenant des records d’audience inattendus. Selon Nikkan Sports, plus de 60 millions de personnes étaient devant leur écran, dimanche dernier, soit environ la moitié de la population ! Hallucinant… Et le quotidien local estime que le chiffre pourrait être plus important encore en quarts de finale face à l’Afrique du Sud.

    Et même si les entraînements sont encore loin de faire le plein, les joueurs atteignent une notoriété nouvelle. Toyoma ne cache ainsi pas son admiration pour la « vitesse » de l’ailier Kenki Fukuoka. Son ami Ayumu est allé jusqu’à reproduire sur lui-même la coiffure de Kotaro Matsushima, le co-meilleur marqueur d’essais de cette Coupe du monde. Quant au capitaine naturalisé Michael Leitch, acclamé à chaque apparition, il est en passe de devenir une icône au Japon.

    Après la qualification face à l’Écosse, l’irréprochable troisième-ligne semblait prendre le mesure de ce nouveau statut : « Il y a plein de petits Japonais qui nous regardent, qui vont peut-être un jour devenir internationaux à leur tour. On a une occasion d’être une source d’inspiration pour tout le pays. » À démontrer encore une fois dimanche face à l’Afrique du Sud. Pour tisser un lien peut-être encore plus fort avec le peuple japonais.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.