GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Technologies

    Présidentielle indienne: les candidats découvrent les réseaux sociaux

    media Sur la page Facebook de Rahul Gandhi, une illustration revendique un bilan politique flatteur. Dans les commentaires, les Internautes se disputent. Capture d'écran de la page de Rahul Gandhi

    A partir du 7 avril prochain, 815 millions d'Indiens sont appelés aux urnes pour renouveler la chambre basse du pays. Internet, dont la fréquentation a explosé depuis le dernier scrutin d'il y a cinq ans, est devenu un vrai outil de campagne que les candidats essaient de maîtriser au mieux.

    L'arrivée d'Internet dans la vie politique indienne s'est faite sous forme d'effraction, à travers le mouvement anti-corruption qui a secoué le pays entre 2011 et 2012. Mené par un groupe de militants non partisans, il a réussi à faire trembler le gouvernement en rassemblant des millions de manifestants à travers Twitter ou Facebook.

    De manière logique, c'est le parti qui est né de ce mouvement, le Aam Admi, qui mène la danse numérique lors de cette campagne, en étant de loin le plus mentionné sur Twitter. Cette formation, née il y a à peine un an et attirant une grande partie de la jeunesse éduquée, continue à survivre face aux partis traditionnels grâce à ces médias sociaux.

    L'Inde compte 100 millions de comptes Facebook, soit dix fois plus que lors des dernières légistives il y a cinq ans, pour 200 millions d'Internautes. Ce qui représente environ un électeur sur quatre.

    Les autres partis traditionnels rattrapent leur retard

    Le BJP, parti de la droite hindouiste dont le candidat au poste de Premier ministre, Narendra Modi, compte le plus d'abonnés sur les réseaux sociaux avec 3,5 millions sur Twitter et 11 millions sur Facebook, un chiffre à prendre avec précaution car beaucoup seraient des faux comptes.

    Il mélange ces nouvelles technologies avec son ancrage traditionnel, en s'installant dans des stands de thés d'où il répond aux questions d'électeurs, posées à travers Internet ou vidéos depuis l'autre bout du pays. Il a aussi recruté deux des cerveaux d'Internet - les plus brillants du pays - pour mener sa campagne en ligne, où sa présence devient quasi angoissante. Cette équipe a aussi créé un site pour démentir les accusations qui pèsent sur Narendra Modi concernant sa responsabilité dans les pogroms anti musulmans de 2002.

    Le Parti du Congrès, plus à la traîne, a demandé dernièrement aux Internautes de dire ce qu'ils voudraient voir inclure dans le programme du parti.

    Internet oui... mais transparence, non

    Ces politiciens traditionnels utilisent surtout Internet pour communiquer, plus que pour dialoguer. Les deux principaux candidats, Narendra Modi et Rahul Gandhi, viennent ainsi de refuser de participer au premier Facebook Talk Live du pays, où les questions des internautes seraient cette fois ouvertes et non censurées.

    → A (RE)LIRE : Inde, les réseaux sociaux en débat

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.