GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous souhaitons que les autorités iraniennes se montrent transparentes dans ce dossier et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable», a déclaré Agnès Von Der Mühll, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse électronique ce mercredi après la révélation dans la presse de cette arrestation, survenue en juin dernier. Roland Marchal, chercheur à l'Institut d'études politiques, est un collègue de Fariba Adelkhah, une Franco-Iranienne directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris. Tous deux devaient se retrouver en Iran et ont été arrêtés au printemps par les Gardiens de la révolution islamique, lesquels évoquent des soupçons d'espionnage.

    Technologies

    Bachar el-Assad, les réseaux sociaux et la communication politique

    media Le président syrien Bachar el-Assad a fait une entrée remarquée sur le réseau social Instagram © Capture d'écran

    Après Facebook, Twitter et Youtube, le président syrien Bachar el-Assad a investi Instagram, ce réseau social centré sur le partage de photos. C'était le 24 juillet dernier. Une étape de plus dans sa stratégie d’humanisation du régime syrien et dans la « guerre de l’information » que se livrent, depuis plus de deux ans, régime et rebelles sur les réseaux sociaux.

    Son image, Bachar el-Assad la soigne. Sur la centaine de clichés postés sur son compte Instagram, qui compte aujourd’hui plus de 30 000 abonnés, le président syrien apparaît affairé derrière son bureau ou au cœur d’une foule le saluant dans la rue. On voit aussi sa femme, au chevet des blessés ou félicitant des étudiants fraîchement diplômés. « Il y a des photos qu’on s’attendrait à voir dans n’importe quel pays du monde mais pas dans un pays en guerre », souligne François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Le couple présidentiel renvoie ici une image de normalité déroutante, contrastant avec celle du conflit sanglant qui, depuis plus de deux ans et demi, a fait plus de 100 000 morts selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

    Mise en scène

    « C’est le propre de situations de ce type-là, on essaie de maintenir une espèce de normalité », précise Yves Gonzalez-Quijano, chercheur au Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo) de Lyon, tout en minimisant l’importance à accorder au compte du président qui ne mérite, selon lui, « ni l’excès d’honneur, ni l’indignité » que lui attribuent les médias. « La lecture de la situation en Syrie donnée à travers les médias était peut-être décollée de la réalité, souligne ce spécialiste du monde arabe. Alors, quand on voit ces images, évidemment que cela ne colle pas du tout avec les images d’un pays à feu et à sang où plus rien ne fonctionne. »

    En ouvrant ce compte officiel, baptisé Syrianpresidency, Bachar el-Assad met une nouvelle fois à profit les outils de communication et de mobilisation de masse que sont les réseaux sociaux pour redorer le blason du régime syrien auprès de l’opinion internationale. Pour François-Bernard Huyghe, chercheur spécialisé dans la communication et la cyberstratégie, le président syrien envoie ici un message à la communauté internationale en disant en substance « tout va bien en Syrie, nous sommes en train de gagner, le pays retourne à la normale ». « Bachar s'adresse à ses partisans mais aussi à l’opinion extérieure, à l’opinion russe, iranienne, chinoise, et il ne veut pas laisser ses adversaires occuper le terrain », explique François-Bernard Huyghe pour qui le régime donne presque autant d’importance à la « guerre de l’information » qu’à celle « des missiles et des kalachnikovs ». 

    Guerre de l'attention

    En démocratie comme dans les régimes autoritaires, les réseaux sociaux sont devenus un outil indispensable à la communication politique. Mais en temps de guerre, le cyberespace devient une zone de conflit où se livre une bataille virtuelle dans laquelle chaque partie tente d’occuper le plus de terrain possible. Depuis le début du conflit, le régime syrien et les rebelles multiplient les initiatives sur les réseaux sociaux à coups de photos, de vidéos chocs incriminant l’adversaire pour mobiliser ses partisans, tenter de démoraliser les adversaires et influer sur l’opinion internationale, qu’elle soit favorable ou hostile à la cause. 

    « Derrière la mise en scène des images bien montées et bien frappantes, il y a ce que j’appelle "la guerre de l’attention". Il ne suffit pas d’avoir un bon message de propagande, il faut aussi s’assurer que les médias viendront vers vous », explique François-Bernard Huyghe. Une position que tempère Yves Gonzalez-Quijano, pour qui le régime tente moins de soigner son image auprès de l'Occident que de survivre et de ne pas être submergé par la vague. Et si Bachar el-Assad utilise les réseaux à sa disposition pour humaniser son image, « il est comme tous les présidents de la terre, bon ou mauvais, il fait dans la communication politique ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.