GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Une application pour smartphone contre les voitures piégées au Liban

    media Attentat dans le sud de Beyrouth le 15 août 2013. REUTERS/Hasan Shaaban

    La reprise des attentats à la bombe, qui ont fait 75 morts et plus de 1 000 blessés, les 15 et 23 août dernier, a provoqué une véritable psychose à la voiture piégée au Liban. Tous les jours, des alertes aux véhicules suspects sont données par des riverains effrayés. Pour rassurer les gens et pour lutter plus efficacement contre le terrorisme, l'Armée libanaise veut établir une communication directe avec les citoyens via les smartphones.

    De notre correspondant à Beyrouth

    L'idée est ingénieuse lorsque l'on sait que le tiers des Libanais possèdent des smartphones. Il s'agit d'une application, qui permet aux citoyens d'être informés des derniers développements sur le plan de la sécurité. Appelée « LAF Shield », ou le « bouclier des forces armées libanaises », cette application entend faire participer les citoyens à « la protection de la patrie ». Elle peut être téléchargée gratuitement sur le site internet de l'Armée.

    Chaque utilisateur est invité à donner l'alerte en cas de présence de véhicules ou de colis suspects, de rapt, d'effraction, de violation des frontières et d'incendies. Il peut le faire en envoyant un texte, une image, une vidéo ou un fichier audio. Les données sont recueillies et analysées par des spécialistes de l'armée qui décident ensuite de l'action appropriée.
    L'application permet aussi aux citoyens de participer à la localisation d'individus recherchés par la justice ou de contacter l'armée en cas de grave danger avec la touche SOS.

    Faire face à la psychose de la voiture piégée

    Les Libanais peuvent informer, mais aussi s'informer des développements sécuritaires dans le pays à travers cette application. Une carte géographique interactive indique les zones dangereuses qu'il est préférable d'éviter. Ce service n'est pas nouveau, car les Libanais ont la possibilité de s'abonner, gratuitement, à des dizaines de sites qui fournissent une info en continu. Mais parfois, les sources ne sont pas fiables et il est difficile de distinguer l'information exacte de la rumeur. La psychose à la voiture piégée a d'ailleurs été alimentée par ce type d'informations non vérifiées. Avec l'armée libanaise, déployée sur l'ensemble du territoire, les risques d'erreurs sont minimes. La carte indique les régions, les théâtres d'accrochages armés qui se produisent presque tous les jours, la présence de mines, les éboulements, ou encore, les routes de montagnes impraticables.

    Vers un système policier ?

    Cette application n'est opérationnelle que depuis deux semaines, il est donc encore trop tôt pour en dresser un bilan. Dans les explications sur son mode opératoire, l'armée s'engage à respecter la confidentialité des informations recueillies et l'anonymat de ceux qui les fournissent. Mais certains spécialistes se demandent si les militaires pourront gérer des flux importants d'informations, et sauront faire un tri pertinent. D'autres s'inquiètent de la possible apparition d'un phénomène de délation, sous couvert de vouloir informer les autorités de la présence d'un présumé suspect. Mais les Libanais semblent plutôt retenir les aspects positifs de ce « bouclier » de l'armée. Ils sont déjà des milliers à l'avoir téléchargé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.