GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Aux Etats-Unis, le «j'aime» de Facebook fait partie de la liberté d'expression

    media Le bouton «like» de Facebook, désormais mondialement connu. REUTERS

    Aux Etats-Unis, une cour d'appel fédérale a estimé que cliquer sur le bouton « j'aime » de Facebook faisait partie du droit à la liberté d'expression, donc protégé par la Constitution américaine. Une preuve, s'il en fallait encore une, de la place sans cesse grandissante des réseaux sociaux dans nos sociétés et systèmes démocratiques.

    Dans l’Etat de Virginie, aux Etats-Unis, la justice a considéré que choisir d'aimer une page Facebook faisait partie de la liberté d'expression de chaque individu. Dans une affaire de licenciement qui opposait un employé des services du shérif de l'Etat à son patron, la cour a tranché en faveur du licencié. Elle a décidé qu'en aimant la page Facebook d'un candidat politique, l'employé n'avait pas commis de faute mais exercé sa liberté d'expression. L'affaire devra donc être rejugée devant un tribunal inférieur. La cour d'appel basée à Richmond, dans la motivation de son arrêt, a estimé que cet affichage sur les réseaux sociaux de ses opinions était assimilable à « une pancarte politique que l'on mettrait dans son jardin ». Cette liberté est donc protégée par la Constitution américaine.

    Le puissant syndicat américain des libertés civiles, ACLU, ainsi que Facebook, se sont félicités de cette décision. Les tribunaux sont de plus en plus envahis d’affaires concernant des opinions affichées ou des propos tenus sur les outils de dialogue que sont les réseaux sociaux, avec parfois des licenciements abusifs à la clé. Cette décision est donc très importante, et inscrit l'usage de Facebook directement dans un droit protégé par le texte suprême des Etats-Unis. Une sacrée promotion !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.