GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Technologies

    Cybersurveillance : Google, Facebook, Yahoo! et Microsoft contre-attaquent

    media Les géants de l'internet appellent les gouvernements de 21 pays à rendre publiques les demandes de surveillance de citoyens qu'ils reçoivent de leurs services de renseignement. REUTERS/Kacper Pempel/Files

    Sous pression de l'opinion mondiale après les révélations concernant le programme de cybersurveillance Prism de la NSA, les géants de l’internet dont Google, Yahoo!, Facebook et Microsoft ont exhorté les gouvernements de 21 pays à rendre publiques les demandes de surveillance des internautes émanant des services de renseignement.

    L’appel à plus de transparence sur internet provient de la Global Network Initiative, un groupe multipartenaires composé d'entreprises, d'organisations de la société civile, d'investisseurs et d'universitaires, dont Google, Facebook, Yahoo! et Microsoft font partie. Cette coalition en ligne, dans une lettre adressée aux gouvernements de 21 pays, parmi lesquels figurent les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, le Canada ou encore l'Allemagne, demande instamment à « publier les requêtes de surveillance électronique émanant des forces de l'ordre et des services de renseignement, et à autoriser les sociétés sollicitées, à régulièrement les divulguer ». Cette missive a été remise la semaine dernière aux représentants du Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève, lors de l’ouverture de la 24e session.

    Selon, les géants de l’internet, les révélations concernant la surveillance généralisée des internautes par les Etats, avec leur complicité, nuit au développement économique de la Toile et à leurs intérêts. Ces grandes sociétés affirment pourtant ne divulguer des informations qu'en réponse à des injonctions formelles de tribunaux et se défendent de toute complaisance avec des gouvernements. Ils s’estiment être les otages d’une scandaleuse histoires d’arroseurs... arrosés.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.