GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    L'ONU prend au sérieux les risques de collision d’un astéroïde avec la Terre

    media L’ONU prend au sérieux les risques de collision d'un astéroide avec la Terre. Wikimedia Commons

    Faut-il s’inquiéter des risques de collision d’un astéroïde avec la terre. L’ONU prend en tous cas la menace au sérieux. L’Assemblée générale des Nations unies a approuvé cette semaine des mesures pour une plus grande coopération internationale sur la détection des astéroïdes. Plusieurs astronautes et astrophysiciens se sont réunis à New York pour se féliciter de ces premiers pas.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    La NASA surveille environ 1 400 gros astéroïdes, mais les plus petits ne sont pas répertoriés or Rusty Schweickart, ancien astronaute, rappelle qu’ils peuvent être très dangereux :

    «La taille qui nous inquiète, c’est à partir de 30 mètres de diamètre et ce type d’impact se produit une fois tous les 250 ou 300 ans. C’est arrivé en 1908 en Russie. 2 000 km2 de forêts ont été détruits et si cela s’était produit au-dessus d’une ville, cet astéroïde aurait détruit n’importe quelle ville existante ».

    Les scientifiques estiment à un million le nombre d’astéroïdes pouvant détruire une ville comme NewYork. L’ONU a créé un groupe de travail pour améliorer la détection :

    « Si on sait qu’un impact va se produire 10 ou 15 ans à l’avance, nous sommes capables avec des engins déjà existants de s’approcher de l’astéroïde et de dévier sa trajectoire en modifiant très légèrement sa vitesse pour que 10 ans plus tard, il passe à côté de la terre sans la frapper ».

    Pour rappel, en février dernier, une météorite de seulement 20 m de diamètre a fait plus de 1000 blessés et des millions de dollars de dégâts. C’était à Chel-ya-binsk en Russie.


     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.