GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Technologies

    Mali: inquiétude pour la Minusma à Bamako

    media Les casques bleus de la Minusma à Bamako. Pierre René-Worms/RFI

    Au Mali, un casque bleu de la Minusma a été tué dans la nuit de lundi à mardi, un autre blessé. Ils circulaient en plein centre-ville lorsque des hommes ont ouvert le feu sur leur véhicule. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite. La semaine dernière, c'est le domicile d'un salarié de la Minusma qui avait été visé par des tirs et par des jets de grenade. Les attaques jihadistes contre les casques bleus sont régulières dans le Nord. Mais deux attaques ciblées contre la Minusma en sept jours à Bamako, c'est nouveau et très inquiétant.

    Les attaques menées contre les Nations unies à Bamako n'ont pas été revendiquées. La piste terroriste est évidemment sur la table : on sait depuis l'attentat de mars dernier que les jihadistes présents dans le Nord sont capables de frapper à Bamako. Mais cette piste n'est pas la seule, car la mission des Nations unies au Mali est actuellement la cible de violentes critiques.

    Un accord de paix a été signé le 15 mai, auquel les groupes rebelles ne se sont pas joints. La Minusma, comme l'ensemble de la médiation internationale, tente toujours de les convaincre de signer et de privilégier un règlement pacifique de la crise. Ce que de plus en plus de Maliens ont de plus en plus de mal à accepter. Sur le terrain, les rebelles n'ont pas cessé leurs attaques meurtrières. Beaucoup estiment donc que la Minusma fait trop leur jeu au lieu de les considérer comme « des ennemis de la paix » et donc de les combattre.

    Sans aller aussi loin, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta lui-même a publiquement accusé les Nations unies de manquer de « justice » et d'« équité ». Des propos très appréciés dans le pays et qui n'ont certainement pas contribué à faire remonter la popularité d'une mission onusienne qui ne cesse de clamer son impartialité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.