GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Quand le Web épie nos enfants

    media L'étude complète est disponible sur le site de la CNIL : cnil.fr ® CNIL.fr

    La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en France a lancé l’alerte : les enfants de moins de 12 ans voient leurs données personnelles collectées par les sites web qu’ils consultent. En mai dernier, 29 autorités dans le monde ont mené une opération d’audit qui a montré l’insuffisante protection des données.

    Les géants d’Internet avaient fait prendre aux internautes l’habitude de se faire systématiquement piller leurs données privées, en échange de services en ligne gracieusement offerts. Selon les 29 autorités dans le monde qui ont mené l’enquête, les affres de la netéconomie – économie générée par les start-up sur internet – n’épargnent ni les adultes ni les enfants dont le surf est traqué impitoyablement.

    L’opération lancée au mois de mai vient de démontrer que les données personnelles de nos bambins était insuffisamment protégées, que ce soit sur la Toile, les Smartphones ou en passant par les tablettes tactiles. La Cnil a publié les résultats de cette étude mondiale en épinglant au passage 54 sites Internet français destinés aux enfants.

    Les enfants surveillés autant que les grands

    La moitié des sites examinés sont des portails qui proposent des jeux en ligne, des offres éducatives, des réseaux sociaux, du soutien scolaire et l’accès à des chaînes de télé. Ils
    s'adressent aux 7-12 ans avec un quart aux moins de 7 ans et un quart aux plus de 12 ans.

    Alors que le premier constat révèle que 87 % des plateformes scrutées par la Cnil collectent un maximum de données personnelles, comme les adresses internet, la géolocalisation, le nom, l’âge, ou encore la composition familiale des jeunes utilisateurs; il y a plus inquiétant encore : la possibilité de supprimer les comptes aux noms des enfants sur ces portails reste anecdotique la plupart du temps. Seulement 33 % tout au plus des sites web adaptent au jeune public l’information légale et obligatoire concernant la confidentialité des données ou ne l’indiquent pas du tout sur le formulaire qui est rempli par l’enfant. Et pour finir, de nombreux portails redirigent automatiquement le jeune internaute vers des sites marchands.

    L’alerte est lancée, des sanctions peuvent être engagées

    La Commission nationale de l’informatique et des libertés a décidé d’exprimer de manière distincte son mécontentement à l’égard des éditeurs des sites pour enfants qui ne respectent pas la vie privée des mineurs sur le web. Elle a fait parvenir un courrier aux responsables des sites afin de leur rappeler leurs obligations et les droits de leurs jeunes utilisateurs. Faute d’une mise en conformité de leur part, la CNIL se réserve la possibilité d’engager des procédures de sanction.

    Une action similaire et conjointe des 29 organismes de défense des libertés individuelles et de la vie privée dans les 21 pays qui ont mené l’enquête est actuellement en cours. Il serait peut-être temps d’alerter les bébés qu’un parfum de « Big Brother » plane au-dessus de leur berceau. En ce qui concerne la connexion des parents, malheureusement, il est déjà trop tard.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.