GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: perquisition chez Google à Paris dans une enquête pour fraude fiscale (source policière)
    • Initiative de paix: Netanyahu «essaie de gagner du temps» avec sa contre-proposition (Hamdallah)
    • BNP Paribas fermerait ses structures dans les Iles Caïman (Attac)
    • En Ukraine, sept soldats ukrainiens ont été tués ces dernières 24 heures, le plus lourd bilan en 2016 (officiel)
    • Turquie: le porte-parole du parti AKP devient ministre des Affaires européennes
    • Philippe Martinez (CGT) : Manuel Valls «joue un jeu dangereux» en tentant «d'opposer la CGT aux citoyens»
    Technologies

    Un collectif féministe accuse Twitter d’être laxiste face au sexisme

    media Capture d'écran du profil Twitter du collectif féministe contre le cyberharcèlement (FeminismVsCyberBully). © FeminismVsCyberBully

    Un collectif féministe a interpellé Twitter France le dimanche 3 décembre 2015. L’objectif est d'exhorter le réseau social à l’intolérance au sexisme de certains internautes. Dans un communiqué devenu viral, le collectif contre le cyberharcèlement (FeminismVsCyberBully) rappelle que la violence en ligne existe, qu’elle a un impact bien concret et accuse Twitter d’être complice de la culture du viol. L’intolérance au manque de respect a sonné, et le mot clef #TwitterAgainstWomen, soit #TwitterContreLesFemmes en français, est resté en tête des tendances ce week-end.

    Un collectif féministe contre le cyber harcèlement a lancé une campagne pour inciter Twitter à s’engager contre le sexisme de certains internautes sur les réseaux sociaux. Le groupe invite les abonnés de Twitter à les contacter sur leur messagerie privée, afin de signaler les cas de cyberharcèlement et de faire remonter les commentaires ou les photos exposant l’intimité d’une personne, sans son autorisation.

    « Les réseaux sociaux ont initié un nouveau type de violences misogynes, anonymes et aux répercussions immédiates », affichait le collectif FeminismVsCyberBully dans son communiqué le 3 décembre 2015.

    Ce groupe participe de manière effrénée à la dénonciation des comptes violents sur Twitter. Le collectif rappelle que les messages agressifs ou dégradants sur la Toile sont passibles en France d’une peine de six mois de prison et de 22 500 euros d’amende. « En ne mettant aucun moyen en œuvre pour prévenir et arrêter ces attaques, Twitter se fait complice de la culture du viol qui incite à la haine et humilie les victimes » poursuit le texte. Les femmes, noires et maghrébines, seraient « les principales » victimes des cyber-violences, affirment avec force les responsables du mouvement.

    La Commission de l’ONU sur le Haut Débit qui est chargée de favoriser l'adoption d'Internet dans le monde tirait récemment le signal d’alarme dans un rapport. Selon la commission - composée d'organisations publiques comme ONU-Femmes, ou d’acteurs privés comme Microsoft - 73 % des femmes, principalement âgées de 18 ans à 24 ans, subiraient des violences en ligne : harcèlement sexuel, humiliations publiques, menaces d'exactions suivies de passages à l'acte. « Si les réseaux sociaux faisaient preuve de la même sévérité envers le cyber-harcèlement qu'envers les violations des droits d’auteurs de la saga hollywoodienne Star Wars... » imaginait un internaute en utilisant le hashtag #TwitterContreLesFemmes.
     

    Le fléau du sexisme qui sévit sur la Toile préoccupe depuis longtemps. Les réseaux sociaux sont submergés par un flot nauséabond de commentaires homophobes, antisémites, islamophobes et par une déferlante de messages haineux incitant à la violence physique et sexuelle envers les femmes. Des hordes de cyber-harceleurs sont tapies dans l’ombre de l’anonymat que leur procure leur pseudo, explique le collectif FeminismVsCyberBully.

    Twitter aurait les moyens de supprimer les propos violents et sexistes en suspendant les comptes de leurs auteurs, mais le réseau fait la sourde oreille, selon le collectif féministe.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.