GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Téléphone crypté: Apple réfléchit à un compromis avec le FBI

    media Les composants d'un iPhone dans un magasin de réparation d'appareils électroniques à New York, le 17 février 2016. REUTERS/Eduardo Munoz

    Nouveau rebondissement dans la bataille qui oppose Apple au FBI sur l’accès aux données cryptées d’un téléphone utilisé par les terroristes de San Bernardino. Le géant Apple se dit désormais prêt à soutenir la création d’un groupe d’experts sur le cryptage de ses appareils mobiles.

    L'affaire est loin d'être réglée, mais c'est un premier pas. Tim Cook, le patron d’Apple, dans une lettre publiée sur le site de l'entreprise, ouvre la voie à la création d’un groupe d’experts pour discuter du cryptage de ses appareils mobiles. Si Apple s'oriente vers un compromis, le groupe américain redit également son opposition aux requêtes de la justice.

    Pour rappel, Apple refuse de fabriquer un logiciel de déchiffrement pour que le FBI puisse accéder au contenu des conversations de l’un des auteurs de l'attentat terroriste de San Bernardino, qui avait fait 14 morts en décembre dernier en Californie. Les enquêteurs du FBI veulent pouvoir accéder au contenu de l'iPhone de Syed Farook, un Américain auteur avec sa femme de cette tuerie.

    La crainte d’une jurisprudence

    Une demande qui pose problème à Apple qui redoute une jurisprudence qui l'obligerait à débloquer ses smartphones à chaque fois que la justice le demande. Pour Tim Cook, « il est impossible de créer un système qui permettra de briser, une seule fois, la sécurité d’un téléphone. Dès sa mise au point, la clé sera réutilisable à l’infini ».

    La bataille entre Apple et la justice américaine suscite la colère des défenseurs des libertés civiles, qui y voient le risque de déclencher une surveillance accrue aux Etats-Unis. Un pays très secoué, ces dernières années, par le scandale des écoutes de la NSA, l’agence américaine de renseignement.

    Le soutien de la Silicon Valley

    Protection privée contre menace terroriste, l'affaire oblige les géants de la Silicon Valley à se positionner. Twitter, Facebook et Google se sont rangés derrière Apple. « Nous compatissons avec Apple dans cette affaire, a déclaré le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg depuis le salon de la téléphonie mobile de Barcelone. Ce n’est pas une bonne chose d’essayer de bloquer le chiffrement sur des produits que les gens utilisent au quotidien. Je ne pense pas que ce soit la bonne politique à suivre ». Le cofondateur de Twitter Jack Dorsey a également apporté son soutien à Tim Cook dans cette bataille contre le FBI.

    Exception notable, Bill Gates, l'ex-PDG de Microsoft, estime que les sociétés technologiques devraient coopérer avec les autorités dans la lutte contre le terrorisme. « Ceci est un cas particulier où le gouvernement demande l'accès à des informations, et non de manière générale », a déclaré Bill Gates au Financial Times.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.