GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Inde: les selfies désormais interdits dans plusieurs quartiers à Bombay

    media De jeunes étudiants indiens prennent un selfie sur la promenade Marine Drive à Bombay, le 15 juin 2015. ©INDRANIL MUKHERJEE / AFP

    Se prendre en photo avec son téléphone portable est désormais interdit dans plusieurs quartiers à Bombay, la capitale économique indienne. La mode universelle des selfies, les fameux autoportraits, n'épargne pas l'Inde. Une mode qui a parfois des conséquences tragiques dans le pays où une vingtaine d'accidents mortels ont été répertoriés depuis trois ans. 

    C'est la mort d'une jeune femme de 18 ans dans le quartier touristique de Bandstand Fort,au sud-ouest de Bombay en janvier dernier, qui a fait prendre conscience aux autorités du danger. La victime s'est noyée après avoir tenté de se prendre en photo avec son téléphone dans un spot touristique en bord de mer. Elle était accompagnée de deux amies, qui ont pu être secourues.

    Cet incident a précipité la réaction de la police, qui a identifié le jour suivant 16 zones dites à risques, où les selfies sont désormais interdits. La plupart se trouve sur le front de mer de la ville portuaire. Il s'agit de lieux souvent non protégés par des balustrades où les jeunes Indiens aiment se prendre en photo avec la mer d'Arabie en arrière-plan.

    Une tendance inquiétante

    La semaine dernière encore, la presse indienne a relayé la mort de deux adolescents qui se sont, eux aussi, noyés en tentant de se prendre en photo sur la côte, aux portes de Bombay. Ces accidents ne surviennent pas seulement dans la capitale économique. Au début du mois, un étudiant s'était noyé en tentant de faire un seflie au bord d'un barrage dans le centre du pays. Deux ans auparavant, trois étudiants ont été frappés de plein fouet par un train, en se photographiant trop près de la voie. Et en septembre dernier, c'est un touriste japonais qui est mort en tombant dans les escaliers en pierre du Taj Mahal. Selon les témoins, il aurait, lui aussi, été distrait par une tentative d'autoportrait.

    Sur les quarante-neuf morts liés aux selfies répertoriés depuis 2014, dix-neuf, soit 40% ont eu lieu en Inde, pays le plus touché, même si la population du pays fausse un peu la gravité de cette statistique.

    Le selfie, un sacré phénomène

    Les selfies sont entrés dans les moeurs sur l'ensemble de la planète. Et l'Inde, où tout le monde a un téléphone portable, n'est pas en reste. Son Premier ministre Narendra Modi lui-même, adepte des réseaux sociaux, a déjà posté plusieurs selfies pris lors de déplacements à l'étranger. A Bombay, la police a déclaré qu'elle avait déployé des hommes pour patrouiller dans les zones interdites, et demandé à la municipalité de faire surveiller ces lieux par des maîtres-nageurs.

    Efficace ou pas, c'est au moins un signe que l'Inde prend conscience du danger, ou même des simples conséquences fâcheuses produites par le selfie. En septembre 2015, les selfies avaient été interdits dans certains endroits à la Kumbh Mela, ce gigantesque festival hindou qui attire des millions de pèlerins et de touristes. Les selfies y causaient des embouteillages, parfois dangereux dans un rassemblement d'une telle densité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.