GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Technologie: des chefs d’entreprise s'inquiètent de l'arrivée de «robots tueurs»

    media Un jouet robot miniature fait à partir d'objets recyclés. Ce sont de plus grands spécimens, et plus dangereux, qui inquiètent désormais de grands chefs d'entreprise. REUTERS/Mariana Bazo

    Une centaine de responsables d'entreprises de robotique ou spécialisées dans l'intelligence artificielle appellent dans une lettre ouverte les Nations unies à interdire les armes autonomes, surnommées « robots tueurs ».

    Dans une lettre ouverte à l’ONU publiée lundi 21 août 2017, des patrons d’entreprises détaillent les dangers que représentent les armes autonomes pour les populations civiles. Parmi les signataires, originaires du monde entier, figurent de grands patrons des nouvelles technologies : le milliardaire Elon Musk, patron de Tesla, ou encore Mustafa Suleyman de la société britannique DeepMind, spécialisée dans l'intelligence artificielle.

    Ils craignent tous que leurs recherches dans le domaine de la robotique puissent être détournées pour développer des armes autonomes. Des armes qui pourraient être utilisées contre des populations civiles ou être piratées à des fins criminelles. Les signataires du courrier préviennent que les armes autonomes favoriseraient des guerres à une échelle jamais vue auparavant par l’humanité.

    C’est pourquoi ils tirent la sonnette d'alarme et préconisent d’agir vite avant qu'il ne soit trop tard.  La lenteur de l’ONU sur le sujet est déja pointée du doigt par les ONG. Les Nations unies s'intéressent en effet à ce type d'armes depuis quatre ans mais aucun traité ni règlement n'a encore vu le jour.  Une réunion, qui devait avoir lieu à Genève ce lundi, a été annulée et reportée à novembre.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.