GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Le «télécoraniste» égyptien Amr Khaled raillé par les internautes

    media Amr Khaled, célèbre «télécoraniste» égyptien. Page Facebook Amr Khaled

    Les internautes, en Egypte et dans le monde arabe, se sont déchaînés contre le célèbre télé-prédicateur Amr Khaled pour son usage des réseaux sociaux lors de son pèlerinage à La Mecque. Une tempête de mécontentement et de sarcasme qui rassemble les conservateurs et les contestataires.

    Une vidéo postée par le « télécoraniste » égyptien Amr Khaled sur les réseaux sociaux a provoqué un ouragan de protestation. Plus de 8 millions de personnes sont abonnées au compte Twitter d'Amr Khaled et sa page Facebook est suivie par 28 millions d’internautes. On y voit l'homme en larmes priant Dieu d’accéder aux vœux de toute personne qui ferait un commentaire sur sa page Facebook .

    Mais ces légions de disciples, généralement jeunes, n’ont pas empêché des milliers d’internautes d’attaquer Amr Khaled accusé de profiter de la naïveté de ses fidèles pour se présenter comme le médiateur entre l’homme et Dieu. Certains vont plus loin en le traitant de charlatan qui ne cherche que le pouvoir et l'accusent d’être une version soft de l’islamisme. Il y a bien eu des internautes pour défendre le télécoraniste mais leur nombre était de loin moindre que celui de ses détracteurs.

    L'athéisme plus visible sur les réseaux sociaux

    C'est une nouvelle tendance sur les réseaux sociaux qui sont devenus le principal média des opposants au courant islamiste mais aussi aux conservateurs de tous bords. Le soulèvement de 2011 contre l’ex-président Moubarak n’a peut-être pas réussi à changer durablement le paysage politique égyptien mais il a incontestablement libéré les esprits. L’échec et la déception engendrés par les 18 mois où les islamistes ont été au pouvoir ont provoqué un scepticisme à l’égard de l’usage de la religion en politique mais aussi à l’égard des religieux et parfois même de la religion. On a vu pousser sur internet des pages ou des personnes osent affirmer leur athéisme, chose impensable il y a quelques années. Une tendance qui préoccupe la grande mosquée d’al-Azhar tout comme les églises copte et protestante qui ont tenu une conférence interreligieuse visant à combattre l’athéisme.

    Le mépris des religions puni par la loi

    Les autorités religieuses et les islamistes réclament une censure du net. Cette censure existe déjà en vertu de la loi contre « le mépris des religions ». Une loi qui a valu à des dizaines d’internautes d’être traînés en justice et d’écoper de peines de prison allant jusqu’à cinq ans. Mais les voies d’internet sont impénétrables et les contestataires trouvent toujours le moyen de contourner les interdits même s’ils prennent parfois des risques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.