GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Journée sans Facebook ou la déconnexion impossible

    media La page d'accueil de Facebook AFP PHOTO/Nicholas KAMM

    Difficile d’imaginer une journée entière sans consulter son fil d’actualité, sans « liker », sans partager une photo ou poster un article sur le premier réseau social du monde. C’est pourtant l’occasion de mesurer notre cyber dépendance pendant cette journée internationale qui, depuis 2010 et chaque 28 février, nous invite à se passer de Facebook.

    C’est une journée qui risque de mettre à vif nos petits nerfs de geek. Arrêter de distribuer des clics et des « j’aime » à tous ses amis pendant 24h ? « Même pas cap ! » indiquaient sur leur page Facebook les promoteurs de l’évènement dont l’objectif principal est de lutter contre notre addiction aux réseaux sociaux.

    Les Français, par exemple, passent en moyenne 1h23 par jour à papoter par réseau interposé, mais bien moins que les Philippins avec 4 heures par jour et par utilisateur, selon la dernière édition du Rapport Mondial Digital. Cette overdose de surf social ne profite qu’à la firme américaine de Mark Zuckerberg, estime Thomas Fauré, fondateur de Whaller, une plateforme européenne de réseaux sociaux privatifs, basée sur le respect de nos données privées.

    Seize milliards de bénéfice pour Facebook

    Les promoteurs de la journée dénoncent également une avalanche « de pubs intrusives » sur le réseau social. Une manière de rappeler que Facebook doit tout à ses 2 milliards d’abonnés. Aujourd’hui, la firme empoche comme revenus publicitaires 4 dollars 75 en moyenne par utilisateur, soit environ 16 milliards d’euros de bénéfice net l’an dernier.

    Le « boycott » symbolique organisé aujourd’hui ne vise pas uniquement l’entreprise de Mark Zuckerberg, mais s’adresse aussi aux GAFAM, c’est-à-dire Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft qui partagent la même philosophie : quand le service est gratuit, c’est vous le produit.

    Cependant, si le mot d’ordre ce 28 février est « débranche tout ! Revenons à nous », comme l’interprétait la regrettée France Gall, il est à craindre que cette journée de déconnexion, comme les années précédentes, se révèle mission impossible pour la plupart des drogués aux médias sociaux que nous sommes devenus.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.