GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Nnenna Nwakanma: «Couper internet est toujours la manifestation d’un dictateur»

    media Nnenna Nwakanma intervient sur scène lors de cette édition 2018 du Web Summit au nom de la Web Foundation. RFI/Marc Etcheverry

    C'est la présentation qui a fait sensation au Web Summit, le grand rendez-vous portugais de la Tech mondiale, celle du nouveau « contrat pour le Web » que l'inventeur de la Toile, Tim Bernes-Lee, est venu promouvoir en personne. Nnenna Nwakanma, directrice des politiques publiques à la Web Foundation, qui porte le projet, revient sur les raisons qui ont motivé la rédaction de ce texte. L'occasion également d'évoquer avec cette « Abidjanaise d'origine nigériane », comme elle se présente elle-même, les rapports de l'Afrique à internet.

    De notre envoyé spécial à Lisbonne,

    RFI : Tim Berners-Lee, que l'on considère comme le « père du Web », a fait une intervention remarquée en ouverture du Web Summit en présentant son idée de « contrat pour le Web ». Est-il temps de revoir notre rapport à la Toile ?

    Nnenna Nwakanma : Le « contrat pour le Web » est né de son engagement pour que le Web soit un espace d'opportunité, un espace d'entraide humanitaire, un espace sûr, dont on ne doit pas avoir peur, un espace où les utilisateurs se sentent en confiance pour accomplir leurs activités. Mais trente ans après son invention, seulement la moitié du monde est connectée, le pouvoir sur le Web commence à être concentré entre les mains de quelques-uns, et l'usage qui en est fait cause du mal à l'humanité.

    Certains géants du Net comme Google et Facebook ont déjà signé ce « contrat ». Le gouvernement français également. Comment cela va se concrétiser ensuite ?

    Dans ce contrat, il y a neuf principes, trois par niveau d'implication : gouvernement, secteur privé et société civile. Et depuis hier [lundi 5 octobre, date de l'ouverture du sommet, ndlr], près de 2 000 acteurs l'ont déjà signé. La prochaine étape est de faire asseoir tout le monde autour de la table et de dire : « Voici les engagements que nous avons pris, voilà ce que nous allons faire. Engageons-nous dans le combat pour le prix de l'internet, pour la défense de la neutralité du Net, pour le respect des données à caractère personnel, etc. »

    Qui vérifiera que les engagements sont bien respectés ?

    Nous comptons instaurer un mécanisme d'évaluation annuelle, ou bi-annuelle. Car il y a souvent de grandes déclarations et puis après plus rien.

    Dans ce combat que vous menez pour un « meilleur Web », l'Afrique est un terrain d'action particulier...

    Je suis Africaine, une Abidjanaise d'origine nigériane. Depuis six ans que je suis à la Web Foundation nous travaillons beaucoup à l'ouverture des données en assistant les gouvernements africains, à la baisse du prix de l'internet, comme au Ghana, au Mozambique, au Nigeria, ou au Liberia. Et nous travaillons aussi pour les droits des femmes, car nos recherches ont démontré que ce sont surtout les femmes qui sont les grandes laissées-pour-compte.

    Tim Berners-Lee (g.), considéré comme le fondateur du Web, est venu au Web Summit présenter ses solutions pour le «sauver». RFI/Marc Etcheverry

    En 2013, vous avez justement lancé l'Alliance pour un Internet abordable, à laquelle participe les géants du Net, avec un objectif qui ne cesse d'être revu à la hausse. Où en est l'initiative ?

    Aujourd'hui nous avons l'objectif de faire passer le prix du gigaoctet de données en dessous des 2% du revenu moyen mensuel d'une famille. A Paris, un gigaoctet ça peut faire sourire, mais dans certains pays, un giga, c'est 30 à 40% du revenu mensuel.

    Et il y a de nombreuses disparités...

    On ne peut évidemment pas comparer Ouagadougou à Paris, parce que les infrastructures que l'on trouve en Europe n'existent pas en Afrique. Mais on ne peut pas comparer non plus Abidjan à Bamako par exemple, car le Mali est un pays enclavé et il est difficile de faire remonter les câbles sous-marins jusqu'à Bamako. Donc internet va y coûter plus cher qu'à Abidjan.

    Cela nécessite aussi un engagement politique fort.

    Il faut de l'argent pour ériger ces infrastructures et nous constatons que ce ne sont pas les Etats qui investissent, c'est le privé. Et quand le privé investit, il veut un retour sur investissement. Il faut donc une stabilité économique, sociale, qui incite quelqu'un à venir investir des milliards de dollars pour développer internet. Il faut aussi voir les désirs de taxation : il y a des pays qui pensent que taxer les télécommunications c'est facile car tout le monde les utilise. Ils ne s'imaginent pas ce qu'il font comme dégâts...

    L'accès à Internet en Afrique passe et passera encore plus à l'avenir par le mobile. Dans ce secteur, Facebook, avec son programme Freebasics, s'associe avec des opérateurs pour offrir un accès à internet - un internet limité et façonné par le réseau social - sans surcoût pour l'utilisateur. Faut-il s'en inquiéter ?

    J'aimerais que tous les Africains m'entendent : Facebook n'a jamais donné l'internet gratuit à qui que ce soit. Ce que Facebook fait, c'est ce que tout commerçant fait. Quand vous allez au marché et qu'on vous offre quelque chose : vous goûtez une fois, deux fois et après vous achetez.

    Et Facebook ne donne pas un accès au Web gratuitement, il donne accès gratuitement à sa plateforme. C'est comme si vous alliez au grand marché de la ville et que vous vous arrêtiez au seul stand de poulet puis que vous repartiez. Vous n'avez rien vu du marché.

    Autre impératif qui se pose à l'Afrique comme au reste du monde, celui de la protection des données personnelles. Sauf que sur le continent, bien peu de pays - une quinzaine - ont une législation qui y fait référence. Qu'est-il possible de faire à l'échelle supranationale ?

    Premièrement, le problème de la protection des données est un problème de ceux qui sont en ligne. Or, 75% des Africains n'ont pas de vie numérique, donc pour eux la protection des données ne leur dit rien - toutefois quelqu'un peut prendre vos données et les mettre en ligne, à votre insu.

    Deuxièmement, il n'y a pas de convention africaine dédiée à cette question, même s'il y a une convention africaine sur la cybersécurité [rédigée en 2014]. Mais il y a une directive qui a été proposée dernièrement.

    Généralement, dans toutes les Constitutions, on reconnaît le respect de la vie privée comme un droit, mais cela ne peut pas occulter la menace que nous vivons. Et même dans les pays comme la Côte d'Ivoire où il y a une loi, l'application est inexistante. Je ne connais personne qui a été traduit en justice pour ce motif. Donc il faut d'abord des lois - et la Commission de l'Union africaine ne peut obliger aucun pays à en voter. Ensuite, il faut les vulgariser. Il faut que les citoyens prennent conscience de l'importance [du sujet]. Les députés ne peuvent pas voter des lois et rentrer chez eux, il faut pouvoir les interpeller pour qu'ils expliquent ce qu'ils ont voté. Enfin il faut des organes pour surveiller leur application et quand il y a faute, il faut pouvoir sanctionner.

    Le politique peut aussi être très intrusif. On a encore vu dans plusieurs pays ou zones géographiques d'Afrique (Cameroun anglophone, Burundi, RDC), internet être coupé sur ordre des autorités.

    Je dis une chose : il n'y a pas plus grande erreur politique, de nos jours, que de couper internet. Ce qu'on appelle le « shutdown ». Couper l'accès à internet, parce que vous craignez que l'on puisse écrire des choses que Monsieur le président n'aime pas, c'est une grande erreur et c'est de la foutaise. Aujourd'hui, tous les paiements se font en ligne, on va à l'école en ligne. Et que deviennent les échanges commerciaux ? Beaucoup de nos jeunes sont aussi des développeurs d'application. Ils sont au pays, il ne sont pas en train de mourrir dans la mer. Ils sont en train de se débrouiller en ligne, et leur ordinateur, le téléphone mobile se sont leur gagne-pain.

    J'ai eu à m'entretenir avec ces gouvernements qui coupent internet : ce ne sont jamais des décisions cautionnées par les Parlements, ce sont toujours des décisions arbitraires. C'est toujours la manifestation d'un dictateur.

    Enfin comment voulez-vous qu'un investisseur aille investir dans ce pays, si du jour au lendemain, Madame le Première dame n'est contente de ce qu'a écrit X ou Y, appelle son mari, qui appelle le ministre, qui lui finit par menacer les fournisseurs d'accès à internet. Au XXIe siècle, il faut que ça s'arrête.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.