GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Technologies

    Ingérences étrangères: Facebook et Twitter veulent faire le ménage

    media Les scandales lors de la campagne de 2016 avaient valu à Mark Zuckerberg, patron de Facebook, une convocation devant le Congrès américain. REUTERS/Leah Millis/File Photo

    Mis sous pression politique après les ingérences russes sur leurs plateformes durant la présidentielle américaine de 2016, les deux réseaux donnent des gages de transparence. Ce jeudi, Facebook a assuré avoir déjoué de nouvelles campagnes de désinformation venues d’Iran. Il s’agit de la deuxième annonce de ce type en un an après celle d’août dernier.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

    Selon Facebook, cette nouvelle campagne de manipulation visait vingt-six pays dont la France avec pour objectif de diffuser la parole de Téhéran et attiser les tensions sur les sujets les plus sensibles : conflit israélo-palestinien, guerre en Syrie ou au Yémen.

    La méthode est toujours identique : des messages sont diffusés de façon coordonnée via de faux comptes présentés comme locaux et écrit dans les langues nationales de chaque pays. Pour autant, le département cybersécurité de Facebook se dit incapable d’affirmer si cette campagne a été directement dirigée par les autorités iraniennes ou par d’autres acteurs. Au total, selon le géant californien, deux millions de comptes suivaient au moins l’une de ces pages, plus de 250 000 sur Instagram.

    De son côté, Twitter diffuse aussi ce jeudi les conclusions de ses investigations sur les activités étrangères sur sa plateforme durant les élections de mi-mandat aux Etats-Unis en novembre dernier.

    Pas comparable à 2016

    Twitter assure avoir identifié des manipulations venues d’Iran, du Venezuela et de Russie mais selon le réseau social ces manipulations étrangères sont sans commune mesure avec celles, massives, constatées pendant la campagne américaine de 2016 et qui avaient valu à Jack Dorsay, PDG de Twitter et Mark Zukerberg PDG de Facebook, d’être auditionnés l’année dernière par le Congrès américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.