GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Technologies

    Facebook annonce l’expulsion d’une usine à «fake news» politiques

    media L'entreprise incriminée diffusait ses fausses informations par l'intermédiaire des services de Facebook. REUTERS/Dado Ruvic

    Une compagnie israélienne diffusait depuis 2012 de fausses informations dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne. Ses services consistaient à perturber les élections à coup de centaines de fausses pages et de faux compte.

    Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

    Sur son site internet, le groupe Archimedes, basé à Tel-Aviv, vante ses méthodes innovantes pour faire gagner des élections, en particulier en Afrique. Sauf que, selon les services de sécurité de Facebook, derrière cette vitrine se cache en réalité une vaste usine à trolls dont le chiffre d’affaires repose sur des fausses informations politiques diffusées à la commande pour perturber des élections, le tout à des fins uniquement commerciales.

    Difficile d’évaluer son impact mais les employés d’Archimedes ont, selon Facebook, créé sous de fausses identités des centaines de fausses pages, suivies par 2,8 millions d’abonnés.

    Entre 2012 et 2019, cette société israélienne est allée jusqu’à dépenser 812 000 dollars de fausses publicités sur le réseau social. C’est 8 fois plus que l’argent investi, selon les autorités américaines, par la fameuse entité russe proche du Kremlin pour influencer la présidentielle de 2016 aux États-Unis.

    Or, dans ce cas, il s’agit d’une société privée qui, selon Facebook, ciblait essentiellement des pays d’Afrique subsaharienne : Sénégal, Togo, Mali, Nigeria, Angola mais aussi Tunisie.

    Facebook rend publics certains de ces faux contenus, notamment une caricature de Martin Fayulu, candidat à la présidentielle en RDC moqué au profit de son rival Félix Tshisekedi.

    En annonçant le bannissement d’Archimedes et la suppression de tous ses contenus, l’entreprise américaine, empêtrée dans des scandales à répétition depuis plusieurs années, tente une fois de plus de donner des gages de transparence.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.