GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Tirailleurs

    Une armée noire inexploitée

    media Soldats du Nigeria Régiment, 1942.

    Contrairement à la France, le Royaume-uni a toujours été réticent à incorporer les populations de ses colonies dans ses forces combattantes. En revanche, il les a employées comme porteurs, hommes à tout faire ou personnel de cuisine pendant les campagnes militaires ou comme travailleurs de remplacement dans les usines britanniques.

    Dans les années 1920, l’empire britannique est à son apogée. Du Canada jusqu’à l’Australie, en passant par le Soudan et l’Inde, il rassemble un cinquième de la population mondiale et couvre un quart de la surface terrestre. Autant de combattants potentiels.

    Mais si la Grande-Bretagne s’est souvent appuyée sur les forces armées originaires des dominions (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Afrique du Sud) qui sont autant de colonies de peuplement et fournissent d’importantes réserves en hommes, elle a toujours négligé celles que lui offraient ses colonies d’Afrique noire.

    Même pendant la guerre des Boers – qui de 1899 à 1901 oppose aux Britanniques les descendants des émigrés hollandais, allemands et français installés en Afrique du Sud à partir du XVIIe siècle – elle refuse de faire combattre les populations noires du pays, arguant que le conflit doit rester une guerre d’hommes blancs. Le ministère de la Guerre explique qu’utiliser «des troupes de couleur serait une action monstrueuse et indéfendable». Une idée renforcée par des officiels qui assurent que les non-Européens vont «mutiler les morts, tuer les blessés et assassiner les femmes et les enfants». Quant au Spectator, journal conservateur, il affirme que les troupes noires ont « la sauvagerie latente dans le sang ».

    Exclus des forces combattantes pour des questions raciales, les Noirs sont cantonnés aux tâches d’ouvriers. Lors des campagnes d’Afrique, les indigènes sont généralement utilisés comme porteurs, et bien souvent contre leur gré. Ceux qui tentent d’échapper à ce travail forcé subissent des actions de représailles.

    Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, près d'un million de travailleurs sont utilisés en Afrique de l’Est, mais les Britanniques se refusent à utiliser largement des troupes noires en Europe. À la place, ils font venir d’Afrique des travailleurs pour combler le manque d’hommes dans les usines. Même les nombreux volontaires que compte la communauté noire de Grande-Bretagne sont rejetés, les officiers chargés du recrutement les considérant comme des étrangers.

    Finalement, seules deux unités combattantes africaines ont été créées pendant la période de colonisation : la Royal West African Frontier Force, qui compte en 1904, 7 500 hommes, et le King’s African Rifles, intervenu dans la conquête du Cameroun allemand, qu’on retrouve pendant la Seconde Guerre mondiale en Afrique orientale, à Madagascar et en Birmanie.

    L’idée de former une grande armée noire à l’image de la grande armée des Indes n’est restée qu’un instrument de propagande, utilisé dans les moments critiques pour redonner espoir au peuple britannique.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.