GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    Africains dans la «Force publique congolaise»

    media

    En 1865, Léopold II accède au trône de Belgique avec un projet : «la foi coloniale». À l'image des Britanniques ou des Français, la Belgique veut son empire. Pour construire son armée coloniale qui deviendra la force publique, le roi a recours à l'engagement forcé au prix d'effroyables exactions.

    En 1876, Léopold II est à l’initiative, lors de la conférence de Bruxelles, de la création de l’Association internationale africaine (AIA) qui réunit les puissances européennes. Plusieurs expéditions financées par le Roi sont montées avec l’objectif d’«apporter la civilisation dans l'intérieur du continent». Mais très vite le masque tombe sur les objectifs d’expansion.

    En s'offrant les services de l'Anglais Henry Morton Stanley, Léopod II va faire siennes les terres du Congo. Déçu par l’AIA, il lance la création de l'association internationale du Congo (AIC) en 1882, qui vise à faire reconnaître le futur État. Chose faite lors de la Conférence de Berlin (1884-1885), que Français et Allemands montent pour  accorder les protagonistes européens sur le partage du territoire africain. Sa victoire est le fruit de circonstances diplomatiques, mais le roi la savoure le 1er juillet 1885 avec la proclamation de «l'État indépendant du Congo».

    Une milice indigène

    Affirmer sa souveraineté sur le Congo et contrôler un territoire grand comme dix fois la Belgique nécessitait l'appui des armes. On décida l’établissement d'une force militaire et d'une police organisée, d’abord constituée de Zanzibarites et Haoussa ayant participé aux premières expéditions, puis de Bengalas. Mais l’objectif est de substituer au recrutement mercenaire une armée d'indigènes.

    Le faible nombre de volontaires pour l'armée poussa à enrôler de force les Congolais. Ce soin fut laissé sans contrôle aux cadres de l'administration exclusivement blanc. Le système engendra des mouvements de mutinerie, dont la révolte des Batela entre 1895 et 1900. La répression et ses exactions furent dénoncées auprès de l’opinion publique, et devinrent plus limitées jusqu’à ce que le travail forcé soit supprimé avec l’annexion du Congo, jusqu’ici propriété exclusive du Roi, à la Belgique, en 1908.

    Dénommée «force publique», celle-ci figura, avec les forces alliées, dans les combats de la Première Guerre mondiale au Cameroun, en Rhodésie et dans l’Est africain. Puis lors du second conflit mondial en Abyssinie, au Nigeria et jusqu’au Moyen-Orient. Elle prit alors la physionomie d’une armée moderne.

    Julien Lampin
    Master de journalisme européen, Université de Reims

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.