GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    La Force noire dans les colonies allemandes

    media

    L’histoire des colonies allemandes n’aura duré que 35 ans, de 1884 à 1919. Des débuts d’un colonialisme commercial à la défaite de la Première Guerre mondiale, les askaris (gardes, soldats, en kiswahili) élevés au rang de héros deviennent le symbole du « bon» tirailleur.

    D’abord hostile à toute expansion coloniale, le chancelier allemand Otto von Bismarck, se rallie à une politique de protection des sociétés commerciales allemandes présentes en Afrique de l’Est. Mais à peine la Société allemande de l’Afrique de l’Est voit-elle le jour, qu’elle se heurte à la révolte des commerçants arabes qui voient en elle une menace pour leur monopole sur le commerce des esclaves, de l’ivoire et du caoutchouc. En prétextant la suppression de la traite des noirs, le Reich va donc assumer un engagement militaire. Le 28 octobre 1890, le sultan de Zanzibar cède les territoires de l'île et du continent pour 200 000 £.

    Hermann Wissmann, nommé commissaire en Afrique de l’Est constitue une première armée de quelque 850 soldats africains (Soudanais, Egyptiens, Askaris, Zoulous et Somalis) et 80 Européens.

    L’expérience impériale allemande donne lieu à un effort de connaissance des populations colonisées. Les officiers prussiens recueillent de nombreuses informations sur la religion, les mœurs et coutumes des ethnies africaines, et saluent leurs qualités de combattants. Tandis qu’on vante le «sang froid et la bravoure» des Soudanais, les Swahili-askari sont réputés être d’excellents espions ou éclaireurs.

    Inexpérimentée en matière de colonisation, l’Allemagne accumule les maladresses. Tandis que, jugé trop coûteux, la majorité de l’encadrement allemand est renvoyé en Europe, on assiste au développement des révoltes africaines, qui prennent le caractère de véritables guerres.

    Outre la sanglante répression des Herreros dans le Sud-Ouest africain (Namibie), qualifiée de génocide, l’une des plus importantes est celle de «Maji-Maji» (1905-1907) au Tanganyka (Tanzanie actuelle) pendant laquelle les troupes allemandes peu nombreuses affament et dévastent les populations, faisant près de 300 000 morts.

    Les askaris des forces militaires allemandes y gagnent une réputation de cruauté : ces soldats noirs qui s’étaient battus «contre leurs frères de tribu, contre leurs propres parents», sans traitrise, sont encensés. Récompensés par l’Allemagne, ils se voient verser une retraite et décerner des médailles dans le but de maintenir le sentiment d’appartenance à l’armée.

    Soldats askaris au combat.

    Pendant la Première Guerre mondiale, les forces allemandes en Afrique offrent peu de résistance.

    Seule exception, l’Afrique de l’Est. Les soldats blancs et les askaris sous le commandement de Paul von Lettow-Vorbeck ne se rendent qu’après l’armistice de novembre 1918, ayant résisté pendant quatre années aux attaques alliées.

    Cette guerre, peu importante au vu des effectifs mobilisés (3600 Allemands et 14 500 askaris) a pourtant fortement marqué l’imaginaire allemand. L’événement fut glorifié, mythifié. On développe une propagande visant à motiver les troupes malmenées d’Europe. Symboles de la résistance face à l’ennemi, de la loyauté et de la fidélité, les mérites des askaris sont exagérés (ainsi, selon Lettow-Vorbeck lui-même, il y eut 2 600 déserteurs et 4 340 disparus).

    Après l’armistice, la guerre en Afrique de l’Est devient le symbole de la revanche. Elle sert également à contrer les critiques des alliés contre la politique coloniale allemande. Maints commentateurs s’efforcent de démontrer que «le bon askari allemand» s’oppose au tirailleur sénégalais français, primitif et cruel.

    Pauline Quinquis
    Master de journalisme européen, Université de Reims

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.