GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Afrique du Sud: l'ANC confirme «discuter» du départ anticipé du président Jacob Zuma sans lui fixer cependant de «date butoir»
    • Les Etats-Unis ne «permettront jamais» à l'Iran d'avoir l'arme nucléaire, déclare Mike Pence à Jérusalem
    • Les Etats-Unis exhortent les Palestiniens à reprendre les négociations (Mike Pence)
    • Radio France: le CSA va auditionner Mathieu Gallet le 29 janvier, décision le 31 (communiqué)
    • Jérusalem: des députés arabes expulsés de la Knesset durant le discours de Mike Pence
    • L'offensive turque en Syrie se déroule «en accord avec la Russie» (Erdogan)
    • Syrie: Lavrov accuse les Etats-Unis d'encourager le séparatisme kurde
    • Syrie: les Kurdes sont invités au Congrès de paix prévu à Sotchi (Lavrov)
    • France: le président Emmanuel Macron souhaite finaliser la réforme des retraites à l'été 2019
    • La baisse actuelle du déficit public ne doit pas «faire illusion» (Didier Migaud, président de la Cour des comptes)
    Tirailleurs

    Le long combat juridique du brigadier Guissé

    media Dessin de GuF (Guillaume Finix), Master de journalisme, Reims GUF

    Le 18 novembre dernier, au terme de trois ans de procédure, le brigadier Ounoussou Guissé, d'origine sénégalaise, est reconnu français. Retour sur un imbroglio juridique qui a irrité, à l'heure où l'on évoque une mémoire franco-africaine des armes.

    18 novembre 2009 : Ounoussou Guissé, brigadier au 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes est officiellement reconnu français par la Cour d’appel de Rouen. Français, il l’était déjà par son père, Douada Guissé, naturalisé en 1962. Au moment de l’indépendance du Sénégal en 1960, les personnes sénégalaises résidant en France sont autorisées à obtenir la nationalité française. C’est le cas de Douada. Ouvrier dans la région du Havre, il en fait la demande et obtient ses papiers deux ans plus tard. Après 15 ans passés en France, il repart au Sénégal. En 1990, Douada Guissé demande et obtient pour son fils un certificat de nationalité française du tribunal d’instance de Rouen.

    Quand Ounoussou arrive en France à l’âge de 17 ans, c’est donc en tant que Français. Il s’engage dans l’armée et entame une carrière militaire qui le mène au Tchad et en Afghanistan. Seulement voilà, en 1992 la loi avait changé. Il avait été décidé que ne pouvaient bénéficier de la nationalité française que ceux dont la famille était également domiciliée en France au moment de l’indépendance de leur pays. En 2006, le parquet de Rouen se penche sur le cas de Douada Guissé et de son fils et décide que la nationalité française doit leur être retirée.

    « Sur le plan symbolique, cette affaire est démentielle, inacceptable. Alors que, ces dernières années, la Défense s'est beaucoup mobilisée autour de la mémoire des soldats coloniaux, quel message est envoyé au travers de cet épisode ?"
    Eric Deroo, historien

    Ce raisonnement est invalidé une première fois par la justice en 2008. Mais bien décidé à faire appliquer la politique pénale du gouvernement, le parquet fait appel. Le 6 octobre dernier, Ounoussou Guissé comparaît donc devant la Cour d’appel de Rouen pour tenter de conserver la nationalité française. La justice lui donne une nouvelle fois raison. Mais une nouvelle fois, le parquet fait appel.

    « Des situations saugrenues et incongrues »

    Les politiques s’emparent alors de l’affaire. Le ministre de la Défense Hervé Morin dénonce «des procédures qui relèvent plus de Kafka que d’une République qui cherche à réconcilier les hommes». Il explique que la garde des Sceaux Michèle Alliot-Marie «va prendre des mesures pour que de telles situations, complètement saugrenues et incongrues, ne se reproduisent pas».

    Au ministère de l’Immigration, on explique qu’Ounoussou peut demander sa naturalisation «compte tenu des services accomplis dans l’armée française». Eric Besson promet quant à lui « de demander à ses services de procéder à un examen attentif et bienveillant » d’une éventuelle demande de naturalisation. L’historien Eric Deroo, spécialiste des troupes coloniales et auteur de La Force noire, interrogé par Libération, s’emporte : «Sur le plan symbolique, cette affaire est démentielle, inacceptable. Alors que, ces dernières années, la Défense s'est beaucoup mobilisée autour de la mémoire des soldats coloniaux, quel message est envoyé au travers de cet épisode ? Aux jeunes issus de l'immigration, on fait comprendre que, même sous l'uniforme, ils peuvent être mis dehors !  En terme de communication, c'est une grave erreur».

    La Cour d’appel de Rouen a donc donné tort au Parquet une nouvelle fois : la nationalité française donnée à Douada Guissé il y a près de 50 ans ne peut lui être retirée; il y a prescription. Français de cœur depuis plus de 20 ans, Ounoussou Guissé l’est depuis le 18 novembre dernier officiellement de droit.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.