La honte noire : «Die schwarze Schande» - Tirailleurs - RFI

 

  1. 03:10 TU Sessions d'information
  2. 03:30 TU Sessions d'information
  3. 04:00 TU Journal
  4. 04:15 TU Sessions d'information
  5. 04:30 TU Journal
  6. 04:34 TU Sessions d'information
  7. 04:40 TU Accents d'Europe
  8. 05:00 TU Journal
  9. 05:15 TU Sessions d'information
  10. 05:30 TU Journal
  11. 05:34 TU Sessions d'information
  12. 05:37 TU Grand reportage
  13. 05:57 TU Sessions d'information
  14. 06:00 TU Journal
  15. 06:15 TU Sessions d'information
  16. 06:30 TU Journal
  17. 06:40 TU Sessions d'information
  18. 06:50 TU Sessions d'information
  19. 06:58 TU Sessions d'information
  20. 07:00 TU Journal
  21. 07:15 TU Sessions d'information
  22. 07:30 TU Journal
  23. 07:43 TU Sessions d'information
  24. 08:00 TU Journal
  25. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  1. 03:10 TU Sessions d'information
  2. 03:30 TU Sessions d'information
  3. 04:00 TU Journal
  4. 04:15 TU Sessions d'information
  5. 04:30 TU Sessions d'information
  6. 05:00 TU Journal
  7. 05:15 TU Sessions d'information
  8. 05:30 TU Sessions d'information
  9. 06:00 TU Journal
  10. 06:15 TU Sessions d'information
  11. 06:30 TU Journal
  12. 06:43 TU Sessions d'information
  13. 07:00 TU Journal
  14. 07:15 TU Sessions d'information
  15. 07:30 TU Sessions d'information
  16. 08:00 TU Journal
  17. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  18. 08:30 TU Journal
  19. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  20. 09:00 TU Journal
  21. 09:10 TU Priorité santé
  22. 09:30 TU Journal
  23. 09:33 TU Priorité santé
  24. 10:00 TU Journal
  25. 10:10 TU 7 milliards de voisins
fermer

Tirailleurs

Tirailleurs sénégalais

La honte noire : «Die schwarze Schande»

media

Avant même le début de la Première Guerre mondiale, la perspective d’un engagement de troupes noires sur le continent provoque l’indignation en Allemagne. Durant le conflit, la propagande allemande prend à témoin l’opinion publique internationale, les États-Unis notamment, de l’ignominie de la «souillure» du sol européen par des soldats de couleurs.

Le récit, en Allemagne, des «atrocités» commises par les troupes africaines s’amplifie lors de l’occupation de la Rhénanie en 1919. L’Allemagne, « humiliée » par le traité de Versailles, voit dans la présence de ces soldats une mesure dégradante supplémentaire.
Une propagande malsaine se déploie, die schwarze Schande, animalisant le tirailleur, insistant sur la cruauté et l’anthropophagie des Noirs, stigmatisant des viols prétendument commis par les troupes indigènes.

Le Commissariat général des troupes noires, chargé depuis le 11 octobre 1918 de la tutelle morale et matérielle des troupes noires en service en Europe, fait procéder en Rhénanie, en février, juin et septembre 1921, à des enquêtes. Ces enquêtes démontrent le caractère totalement infondé de ces diverses accusations.
 

En 1922, le capitaine Bouriand est chargé par l'État-major français de mener une enquête sur La campagne allemande contre les troupes noires  (les Anglais et les Américains feront la même chose par la suite) : «En plus d'un an de séjour, il n'y a eu qu'une plainte et la plainte faute de preuves a été suivie d'un acquittement par le conseil de guerre», notera-t-il, en précisant que les troupes sénégalaises avaient quitté le Rhin au 1er janvier 1920, et les troupes malgaches, le 1er novembre 1921. Dans un courrier, -et les Américains arriveront à la même conclusion- il dénoncera la propagande politique allemande et ses «tracts calomnieux».


Le thème de la «honte noire» laisse des traces dans l’opinion allemande et Hitler le réutilise pour dénoncer la «dégermanisation, la négrification et la judaïsation» du sang allemand par la volonté de la France.

Le gouvernement allemand ira jusqu'à émettre une protestation officielle, via les autorités suisses : «la mise en place de troupes de couleur en territoire allemand est une insulte au sentiment de la communauté de la race blanche. Ce sentiment devrait aussi animer nos adversaires qui ont déclaré vouloir fonder une Société des nations» (L'épopée des tirailleurs sénégalais. Eugène-Jean Duval. Editions L'Harmattan)

Le massacre des Sénégalais à Cressensacq, Chasselay et Montluzin en 1940 trouve son origine directe dans cette propagande. Les Sénégalais faits prisonniers en 1940 sont laissés dans des camps implantés en France (Frontstalag) pour éviter le contact entre Africains et Allemands.

Noirs dans les camps nazis. Serge Bilé. Editions Le Serpent à Plumes. 2005

Hitler's African victims: the German army massacres of Black French soldiers in 1940. Rafael Scheck. (Cambridge University Press, 2006) Les victimes africaines de Hitler: les massacres des soldats noirs français en 1940. Ouvrage sérieusement référencé, et non traduit en français.
 


Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.