GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    MORT SUR HERMES Le général Marchand (1863-1934)

    media

    Né le 22 novembre 1863 à Thoissey, dans l’Ain, Jean-Baptiste Marchand s’engage à 20 ans dans l’infanterie de marine. Il est reçu à Saint-Maixent en 1886 et en sort un an après sous-lieutenant. Le 20 janvier 1888, il s’embarque pour le Sénégal alors en paix et quelques mois après, il obtient d’être envoyé au Soudan.

    Dès son arrivée, distingué par son supérieur Louis Archinard, Jean-Baptiste Marchand reçoit la mission de reconnaître le Bambouk et les abords de la forteresse de Koudian, dernier vestige de la puissance toucouleur au sud du Sénégal. Marchand observe, renseigne, puis avec une compagnie prend d’assaut Koudian. Entré le premier dans la ville, il est blessé au visage. Pour cet acte de bravoure, il est fait quelques mois plus tard chevalier de la Légion d’honneur.

    En février 1891, toujours avec Archinard, il est de nouveau blessé en attaquant Diena où se sont réfugiés les chefs révoltés du Baninko. Après un bref séjour à l’hôpital, il prend le commandement du poste de Bamako. Complètement rétabli, il reçoit mission d’Archinard de lancer le roi d’une tribu locale contre Samory; les mauvaises conditions atmosphériques, l’attitude douteuse du chef de tribu, ne lui permettent pas d’obtenir de résultats décisifs.

    A la conquête de la Côte d'Ivoire

    Il rentre alors en France en juin 1892; en décembre il est nommé capitaine. En 1893, Marchand arrive en Côte d’Ivoire; après de vaines palabres, il s’empare de Tiassale et obtient la soumission du roi de Tiassale et de ses tributaires et continue vers le nord par Toumadi, Bouaké et Tengrela. Apprenant que Samory se dirige vers Kong (1894), Marchand l’y précède, met la ville en état de défense. Rejoignant la colonne du lieutenant-colonel Monteil, il permet à celle-ci grâce à son courage et à sa parfaite connaissance du pays de remporter quelques succès, puis sur ordre de l’autorité civile qui espère pouvoir traiter avec Samory de se replier vers le sud.

    C’est alors qu’il se voit confier la mission Congo-Nil. Le capitaine Marchand est accompagné du lieutenant Charles Mangin. Le 24 juillet 1896, l'expédition part de Loango, à l'estuaire du fleuve Congo, emportant 600 t de matériel. Après un raid épique de 5 500 km, elle rejoint Fachoda, près du Nil en juillet 1898, avec 120 tirailleurs et 8 officiers. C'est là que Marchand rencontre l'armée anglo-égyptienne (20 000 hommes) du général Horatio Kitchener. Le nationalisme européen rejoint les deux hommes au fin fond du Soudan. Le gouvernement britannique somme Kitchener de prendre possession du territoire et le capitaine Marchand est obligé de se soumettre.

    À l’issue de l’expédition « de l’Atlantique à la mer Rouge », Marchand, nommé commandeur de la Légion d’honneur, est promu lieutenant-colonel le 1er janvier 1900. Sa popularité grandissante le gêne, il obtient d’être désigné pour la Chine et prend part à l’expédition contre les Boxers. Promu colonel, le 1er octobre 1902, et pour échapper à certaines sollicitations, il demande en vain d’être détaché dans l’armée tsariste et à la suite d’incidents de presse, donne sa démission en 1904.

    Victoires sur victoires

    Dix ans plus tard, la Grande Guerre éclate, il revêt l’uniforme et prend le commandement de la 2e brigade coloniale. Blessé en octobre, il est promu général, et nommé, en mai 1915, à la tête de la 10e division d’infanterie coloniale, commandement qu’il garde jusqu’à la fin des hostilités. Le 25 septembre, en Champagne, il atteint d’un seul bond la deuxième position allemande, faisant plus de 4 000 prisonniers et enlevant 26 canons. Une nouvelle citation, la plaque de grand officier de la Légion d’honneur lui sont décernées.

    En 1916, il participe à la bataille de la Somme, il y est blessé une fois de plus. Promu général de division en août 1917, il prend part brillamment à l’offensive du Chemin des Dames.

    À Verdun, en septembre-octobre 1917, la division Marchand tient le secteur difficile de Louvemont. Fin mai 1918, elle est à Château-Thierry où elle brise les attaques violentes de l’ennemi. En juillet, près de Reims, elle perd la moitié de ses effectifs en arrêtant à nouveau la ruée allemande. Puis ce sont les opérations des Hauts de Meuse, d’août à septembre 1918. La division Marchand, toujours en ligne, s’apprête à suivre le général Mangin dans l’offensive finale lorsque l’armistice vient arrêter les hostilités.

    Le 4 avril 1919, Marchand abandonne définitivement cette fois la vie active pour poursuivre des travaux les plus divers. Il meurt le 14 janvier 1934.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.