GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Tirailleurs

    Tirailleur Kosseyo, Compagnon de la Libération

    media

    Originaire de l'Oubangui-Chari, le tirailleur Dominique Kosseyo, du bataillon de marche 6 du Pool de Brazzaville, décoré le 14 juillet 1941. Il est le premier Africain, compagnon de la Libération.

     

    À propos des Compagnons de la Libération

    Les premiers projets proposent le nom d’”Ordre de la Libération”, dont les membres s’appelleraient les “Croisés de la Libération”. Cette appellation de “Croisés” témoigne parfaitement de l’idée qui était à l’origine de l’Ordre : celle d’une nouvelle chevalerie, regroupant, comme au Moyen-âge, les serviteurs d’une cause et d’un idéal, presque religieux. Mais cette dénomination apparaît emphatique et désuète au général de Gaulle, qui charge René Cassin, professeur de droit, de rédiger les statuts de l’Ordre. Le 16 novembre 1940, le général de Gaulle signe à Brazzaville, capitale de la France libre, l’Ordonnance n° 7, créant l’Ordre de la Libération. Sur le texte original figure encore le terme de “croisés” mais lorsqu’il paraît au Journal officiel de la France libre le 10 février 1941, le terme de “compagnons” a remplacé celui de “croisés”. Le mot de compagnon (littéralement “celui avec qui on partage le pain”) que le général de Gaulle utilisera dans d’autres contextes, a un sens fort, celui de l’unité et de la cohésion du groupe.

    (...)

    L’Ordre et les étrangers

    Le décret du 29 janvier 1941 prévoyait la possibilité d’octroyer la Croix de la Libération à des étrangers ayant rendu des services importants à la cause de la France libre. Au total, 44 étrangers, représentant 18 nationalités différentes,
    auront été faits Compagnon de la Libération. (...) La moitié d’entre eux a combattu dans les rangs de la 13e Demi-brigade de Légion étrangère qui, en juillet 1940, représentait le plus gros contingent des troupes ralliées au
    général de Gaulle.

    (...)

    Les unités Compagnon de la Libération

    Au titre des collectivités militaires, 18 unités combattantes des Forces françaises libres recevront la Croix de la Libération (9 de l’armée de terre, 6 de l’armée de l’air et 3 de la marine).

    Pour l’armée de terre, ces unités sont issues des deux grandes divisions françaises libres “historiques”, la 1ère Division française libre (1ère DFL) et la 2e Division blindée (2e DB):

    • le Bataillon de marche n°2,
    • la 13e Demi-brigade de Légion étrangère,
    • le Bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique,
    • le 2e Régiment d’infanterie Coloniale,
    • le 1er régiment d’artillerie coloniale (1ère DFL),
    • le 1/3e Régiment d’artillerie coloniale,
    • le 1er Régiment de marche de Spahis marocains,
    • le 501e Régiment de chars de combat,
    • le Régiment de marche du Tchad (2e DB).

                (extrait de Paris, Compagnon de la Libération. Mairie de Paris)

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.