GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    Dernières infos
    • France: Carmat annonce une première implantation à l'étranger de son coeur artificiel
    Tirailleurs

    Hommage aux tirailleurs sénégalais massacrés au bois d'Eraine

    media Sur les lieux du massacre, 70 ans après, les soldats de l'infanterie de marine rendent hommage aux victimes. © DMPA

    La Fédération nationale des anciens d’Outre-mer et anciens combattants des troupes de marine (FNAOM/ACTDM) a célébré la Journée du soldat d’Outre-mer le samedi 12 juin 2010 dans l’Oise (Nord-ouest de Paris). La FNAOM/ACTDM a choisi de rendre hommage aux tirailleurs des 16e et 24e régiment de tirailleurs sénégalais massacrés au bois d'Eraine par les Allemands, à l’issue des combats des 8, 9 et 10 juin 1940, ainsi qu’à huit de leurs chefs, officiers blancs abattus pour avoir exigé que leurs hommes soient traités comme des prisonniers de guerre. 

    Le contexte de la Seconde Guerre mondiale

    Au début du mois de juin 1940, la situation est dramatique en France. Les Allemands ont enfoncé les lignes françaises en moins de 5 semaines (Blietzkrieg). Les soldats anglais et français viennent de réembarquer en catastrophe à Dunkerque. Des milliers de personnes sont sur les routes pour fuir l'avancée allemande.

    La Bataille de la Somme débute le 5 juin 1940, à 5h du matin. Les divisions de choc des Panzers (chars d'assaut allemands) sont lancées. Les combats sont rudes et les Français ne peuvent contenir l'ennemi.

    Les 8 et 9 juin 1940, les survivants des 16e et 24e régiments de tirailleurs sénégalais se battent très durement à Angivilliers, où ils perdent 118 hommes entre combats et massacres des Africains, et à Lieuvillers.

    Se sachant cernés, ils tentent de continuer leur mouvement vers le sud dans l’intention de traverser l’Oise à Pont Sainte-Maxence. Après avoir réussi à progresser sur Erquinvillers, ils subissent des pertes très lourdes puis sont finalement fait prisonniers. Ceux qui sont Africains sont massacrés.

    Un nombre important de survivants est resté à Angivillers pour tenter de s’y réorganiser avant de repartir vers le sud pour une nouvelle tentative. Les hommes sont épuisés, aussi les départs ne commencent-ils que le 9 juin vers 23h et il reste encore de nombreux soldats sur place à 1h du matin.

    À 5h du matin nouvel assaut des Allemands, nouveaux combats et nouveaux massacres. Les 16e et 24e RTS n’existent plus en tant qu’unités constituées.
    Deux petits détachements, d’une soixantaine d'hommes au maximum, ont réussi à contourner par l’est les lignes allemandes.

    Les circonstances du massacre

    Nécropole, à Cambronne-lès-Ribécourt (Oise). © DMPA

    Les témoignages au sujet du mouvement des deux détachements diffèrent, certains faisant état d’un départ groupé d’Angivillers le 9 juin à 23h. Selon d’autres, le premier, du 16e RTS, commandé par le capitaine Speckel faisant fonction de chef de bataillon, aurait quitté Erquinvillers le 9 juin aux environs de 19h. Le second du 24e RTS commandé par le chef de bataillon Bouquet, aurait bien quitté Angivillers vers 23h. La progression de jour étant marquée par les avions d’observation ennemis et des bombardements immédiats, les deux détachements ont fait jonction en se camouflant au bois d’Éraine, à 3km au sud de Cressoncsacq, y ont passé le reste de la nuit du 9 au 10 et la journée du 10 juin.

    Mais le 10 juin à 19h, un des hommes ayant commis l’imprudence de se montrer pour se procurer de l’eau, les Allemands cernent le bois.

    L’aspirant Méchet fait un mouvement de résistance, il est immédiatement abattu. La résistance cesse, les prisonniers africains sont transférés à la ferme d’Éloge au sud du bois. Les Allemands commencent à fusiller les Africains.

    Quelques écoliers de Seine-St-Denis ont assisté à l'hommage rendu aux tirailleurs sénégalais. © DMPA

    Le chef de bataillon Bouquet s’indigne, ses protestations sont relayées en allemand par le capitaine Speckel, alsacien, face à un gradé allemand inflexible qui trouvent naturel de fusiller ces «sauvages» qui ont tué nombre de ses propres hommes. Le dialogue s’envenime… Ces officiers sont alors emmenés en lisière nord du bois à 1km de là avec les six autres officiers de leur groupe : le capitaine Ris, les lieutenants Roux, Erminy, Planchon, Brocard (de la CAB du 16e RTS) et le sous-lieutenant Rotelle. Ils y seront exécutés d’une balle dans la tête, puis sommairement inhumés sur place.

    Les sous-officiers et les hommes de troupe européens sont épargnés, enfermés dans une étable de la ferme d’Éloge et transférés le lendemain 11 juin vers Breteuil en tant que prisonniers de guerre traités conformément aux conventions de Genève.

    Tous les Africains sont exécutés au sud du bois d’Éraine et laissés sans sépulture. Le nombre de soldats tués n'a pas été clarifié. Un témoin a évoqué 64 tirailleurs*.

    Pax

    À l’orée du grand Bois, sous les frondaisons calmes
    Ils ont dormi un an, côte à côte, ignorés
    Et la houle des blés, par les vents balancés
    Chaque soir les berçait d’une feuille de palme.

    Au grand Soleil de juin, ils nous sont revenus.
    Ils ont cessé enfin d’être des Inconnus.
    Et soudain, les voici, plus purs, plus familiers.

     

    Jean Sauvageol
    Poème écrit au bois d’Éraine le 22 juillet 1941
    (figurant sur la stèle dédiée à la mémoire des officiers et soldats français du 24e RTS et du 16e RTS tombés au champ d’honneur le 10 juin 1940)
     

    Donner une sépulture

    En 1941, Valère Guizelin, un agriculteur de la région, ayant entendu parler d’un massacre, se rend sur place et découvre les huit corps plus ceux de deux Africains, Aka Tano et Faya Leno sans doute chargés de creuser la fosse commune avant d’être exécutés à leur tour et d’y être enterrés. Les habitants de Cressonsacq les exhument et les enterrent dans le cimetière du village. Une cérémonie a lieu en 1947, puis c’est l’oubli jusqu’à ce qu’un neveu d’Aka Tano ne vienne d’Afrique sur place pour retrouver la tombe de son parent.

    Entre temps les corps ont été transférés à la nécropole nationale de Cambronne-les-Ribecourt créée en 1950 pour regrouper les exhumés de l’Eure, de l’Oise, de la Seine Maritime et de la Somme (2 025 corps pour la guerre 1939-1945 et 128 pour la guerre de 1914-1918).

    Le neveu d’Aka Tano y retrouva son oncle, avec l’aide de Jacques Potelle, maire de Cressonsacq. Ce dernier, enseignant en retraite, s’efforça dès lors de tirer ce drame de l’oubli.

    Une stèle, élevée en 1992, commémore le souvenir du massacre du bois d'Eraine.

    ___________
      *Sacrifier sa vie pour sauver ses tirailleurs. Décembre 2009 (document pdf sur les recherches documentaires du colonel Dutailly et une tentative d'établissement du nombre de victimes du massacre).

    À lire : Hitler's African victims: the German army massacres of Black French soldiers in 1940. Rafael SCHECK. (Cambridge University Press, 2006)

     

    «Ce sont ces combats des coloniaux et des tirailleurs sénégalais, malgaches et indochinois que nous commémorons aujourd’hui. Ils s’appelaient, comme l’indiquent quelques tombes prises au hasard dans cette nécropole : Fako Koulibaly, Tieboulako Kone, Mamadou Cissoko, Toumani Traoré. Nous les honorons, pour marquer non seulement le 70e anniversaire de la Campagne de France mais également le 50e anniversaire des Indépendances africaines

                    Texte intégral du discours prononçé le 12 juin 2010 par  Pierre Lang, président de la FNAOM-ACTDM avec le rappel des faits.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.