GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pour Zuckerberg, le cofondateur de Facebook, la tranquillité se paie cher

    media Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, joue à un coûteux «Monopoly». Reuters

    Pour Mark Zuckerberg, la tranquillité a certainement un prix, un prix élevé. Le cofondateur de Facebook, craignant de voir son environnement perturbé, vient de racheter les maisons qui entourent sa propriété de Palo Alto, en Californie. Le prix de la paix ? Trente millions de dollars, payés sans sourciller par le jeune multimilliardaire.

    On peut dire que Mark Zuckerberg ne transige pas avec le respect de sa vie privée. Le jeune milliardaire, fondateur de Facebook, vient de racheter les quatre maisons qui entourent la sienne à Palo Alto, une ville située dans la Silicon Valley, à 30 minutes de San Francisco, en Californie.

    Ce ne sont pas des raisons « expansionnistes » qui ont poussé le brillant entrepreneur à acquérir les maisons de ses voisins. Non, s’il n’a pas hésité à aligner quelque 30 millions de dollars (22 millions d’euros) pour acheter quatre maisons ni plus grandes, ni moins belles que la sienne, c’est avant tout pour barrer la route à un projet immobilier. 

    Eviter le défilé de badauds

    Quand le cofondateur de Facebook a appris en effet qu’un promoteur allait acheter la propriété de son voisin immédiat, « pour, rapporte le San Jose Mercury News, construire une immense maison et la vendre, avec comme argument commercial, de devenir le voisin de Mark Zuckerberg », son sang n’a fait qu’un tour. Le jeune milliardaire voyait déjà le défilé de badauds circulant en voiture dans la rue ultra-sélecte du quartier pour venir voir « la baraque du gars de Facebook »…

    Son coûteux « Monopoly » a commencé il y a près d’un an quand Zuckerberg a mandaté Iconiq Capital, la société qui gère ses intérêts financiers, pour négocier le rachat de la maison située juste derrière la sienne. Puis, en septembre dernier, Zuckerberg a finalement racheté à ses voisins trois autres maisons, dont une, croit savoir le journal local, pour un montant de 14 millions de dollars. Une somme, estime un agent immobilier de Palo Alto, proprement vertigineuse même dans le quartier de Crescent Park où on ne compte qu’en millions de dollars.

    Pourtant jusque-là, on ne peut pas dire que Mark Zuckerberg ait eu la folie des grandeurs. Il est devenu propriétaire de sa maison actuelle il n’y a que deux ans. Achetée à l’époque 7 millions de dollars, la maison de 550 mètres carrés qu’il partage avec son épouse médecin, compte cinq chambres à coucher et une piscine d’eau salée.

    Il préfère les locataires

    Une construction certes cossue, mais sobre, bien loin des extravagantes maisons hollywoodiennes, mais aussi des locations modestes qu’affectionnait le milliardaire auparavant. Le génie du réseau social n’a pas pour autant l’intention de s’installer dans les propriétés voisines rachetées. Il a en effet conclu des ententes avec les anciens propriétaires qui, après avoir encaissé de confortables chèques, sont devenus les locataires du désormais maître absolu des lieux !

    Mettre 20 millions de dollars pour éviter toute nuisance de voisinage c’est beaucoup, mais en réalité Mark Zuckerberg aurait pu, s’il l’avait voulu, racheter tout son quartier. À 29 ans tout juste, le créateur de Facebook est en effet un des hommes les plus fortunés des Etats-Unis. Il est selon le dernier classement du magazine Forbes, le 2e Américain dont la fortune a le plus augmenté cette année.

    Après avoir perdu 8 milliards de dollars en 2012 avec son entrée en Bourse, Zuckerberg a gagné cette année 9,6 milliards de dollars établissant ainsi sa fortune à 19 milliards de dollars. Il est signataire avec, entre autres, Bill Gates et Warren Buffet de The Giving Pledge, une promesse qui engage une poignée de richissimes Américains à donner au moins la moitié de leur fortune.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.