Accéder au contenu principal

Matières premières: la pandémie de coronavirus booste le blé tendre français

Anthony Boccaccio/Getty
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les exportations de blé tendre français vers les pays tiers (pays hors Union européenne) battent des records.  C’est ce qu’a constaté FranceAgriMer, l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer. Une des raisons de cette hausse de la demande est la crise liée à la pandémie du coronavirus qui pousse certains pays à sécuriser et augmenter leurs stocks. 

Publicité

Le blé tendre français, utilisé pour la production du pain et des gâteaux, a le vent en poupe.

Selon Franceagrimer, en avril, les exportations françaises vers les pays tiers seront en hausse de 500 milles tonnes par rapport au mois dernier. Les ventes dans ce cadre vont ainsi atteindre 13 million 200 mille tonnes dans l’année, un record historique. Une croissance due surtout aux exportations importantes vers la Chine (1, 14 million de tonne) et le Maroc, touché par la sécheresse (1,6 million de tonnes). D’autres clients traditionnels comme l'Algérie ou l'Afrique de l'Ouest sont aussi sur les rangs.

À lire aussi : Le blé français reconquiert ses marchés d'Afrique et du Moyen-Orient

Autre raison qui explique cette performance : les prix. Le blé tendre français est plus compétitif que les autres blés, notamment par rapport à celui produit dans  le bassin de la mer Noire, le grenier du monde. Ainsi l'Egypte achète 180.000 tonnes de blé français, contre 60.000 tonnes de blé russe, rapportait jeudi le cabinet Inter-Courtage.

En revanche la crise du coronavirus met à mal les fabricants français de farine à base de blé à cause de la chute de la demande des boulangeries. Les ventes ont baissé de près de 30% par rapport à l'an dernier. En effet, les boulangeries achètent moins de farine en raison  notamment, de l’effondrement des ventes de sandwiches. La hausse de la production domestique de pain et de gâteaux à la faveur du confinement qui ne représente qu'environ 5% du chiffre d'affaires de la meunerie française, ne suffit pas à remplir les caisses des fabricants de farine. 

À lire aussi : Coronavirus, pénurie de farine ou paradoxe économique?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.