Accéder au contenu principal

Covid-19 en Russie: les autorités s’attendent à une profonde récession économique

Elvira Nabiullina, gouverneur de la Banque centrale russe.
Elvira Nabiullina, gouverneur de la Banque centrale russe. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus se font désormais sentir dans le monde entier. En Russie, le recul de l’activité économique est déjà très important. Et les autorités s’attendent à une profonde récession. 

Publicité

De notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

De nombreux chiffres circulaient depuis plusieurs semaines à Moscou sur la récession à venir, mais c’est la première fois que la Banque centrale russe s’essaie à une prédiction. Et pour l’institution monétaire, le recul sera très important : de 4 à 6% du PIB en 2020 : « La  situation a changé radicalement » depuis le mois de mars, explique la Banque dans le communiqué publié ce vendredi.

Et de fait, en quelques semaines, l’économie russe a vu tous ses indicateurs passer dans le rouge. Baisse de la production industrielle, mise à l’arrêt de pans entiers de l’économie, recul des dépenses et de la consommation : les effets de la pandémie se font déjà sentir – avec un facteur aggravant pour l’économie russe : sa dépendance aux exportations de pétrole. L’effondrement des cours du brut constitue bien sûr une très mauvaise nouvelle pour la Russie. Face à la déroute qui se profile, la Banque centrale de Russie opte pour une baisse légère de ses taux directeurs, qui passent de 6% à 5,5%.

De son côté, le gouvernement russe envisage de nouvelles mesures de soutien à l’économie. Pour l’heure, de nombreux observateurs estiment insuffisantes les sommes débloquées par les autorités pour venir en aide aux entreprises russes et aux familles en difficulté.

Une certitude : après les années de stagnation qui ont suivi l’annexion de la Crimée, la reprise économique espérée par Vladimir Poutine n’aura pas lieu. C’est au contraire une crise majeure qui se profile, comparable à celles subies par la Russie, en 2014, ou à la fin des années 2000.

► A écouter aussi : En Russie, l'économie vacille face au coronavirus

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.