Feu vert de Bruxelles au rachat de Bombardier Transport par Alstom

Le groupe français Alstom va racheter les activités ferroviaires du canadien Bombardier pour plus de 6 milliards d'euros.
Le groupe français Alstom va racheter les activités ferroviaires du canadien Bombardier pour plus de 6 milliards d'euros. Reuters

La Commission européenne a validé, ce vendredi 31 juillet, le projet d'acquisition de la division ferroviaire du canadien Bombardier par le groupe français Alstom. Une opération qui devrait permettre à celui-ci de devenir le numéro deux mondial du secteur du transport ferroviaire, derrière le chinois CRRC.

Publicité

Présentée à la mi-février, l'opération prévoit qu'Alstom débourse 6,2 milliards d'euros pour le rachat de Bombardier Transportation. Cela permettra de former un numéro deux mondial du transport ferroviaire, capable de résister à la concurrence chinoise et ce dans un secteur qui demande de plus en plus les transports « verts ».

Pour convaincre Bruxelles, le groupe français a proposé la cession des trains Coradia Polyvalent, produits par Alstom pour le marché français. Parallèlement, il s'apprête à vendre son usine de Reichshoffen, située en Alsace. Ce projet provoque une vive inquiétude parmi les salariés du site, mais Alstom assure que leur activité ne devrait pas être menacée.

Le feu vert de la Commission autorisant le rapprochement entre Alstom et Bombardier est une « bonne nouvelle » pour l’industrie ferroviaire européenne, « qui doit rester à la pointe de l'innovation », s'est félicité le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire.

L'an dernier, un projet de fusion entre Alstom et l'allemand Siemens avait été bloqué. Les autorités européennes de la concurrence craignaient une position trop dominante en Europe dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail