Accéder au contenu principal

France: le télétravail au cœur d'une nouvelle réunion entre syndicats et patronat

Une nouvelle réunion aura lieu ce vendredi 11 septembre pour convaincre le patronat de négocier de nouveaux droits pour les millions de salariés en télétravail.
Une nouvelle réunion aura lieu ce vendredi 11 septembre pour convaincre le patronat de négocier de nouveaux droits pour les millions de salariés en télétravail. Photo by Salvatore Laporta/KONTROLAB/LightRocket via Getty Image
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En France, au plus fort de la crise sanitaire, plus d'un quart des travailleurs ont accompli l'ensemble de leurs tâches à distance contre 3% en 2017, selon le Medef. Le patronat a soumis cette semaine à l'ensemble des partenaires sociaux un document dressant un projet de « diagnostic partagé » sur le télétravail. Au cours de la réunion de ce vendredi, les syndicats espèrent convaincre le patronat d'aller plus loin.

Publicité

Le document de douze pages reçu moins de 48 heures avant la réunion ne satisfait pas entièrement Béatrice Clicq, secrétaire confédérale de Force ouvrière (FO). « Très peu d'engagement et un document qui est quand même très tourné à destination des entreprises de notre point de vue. Donc pour nous, il va s'agir effectivement de rétablir un équilibre. »

Les syndicats souhaitent la négociation d'un accord national interprofessionel. Au contraire, Éric Chevée, vice-président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), n'en voit pas l'intérêt. « On ne voit pas tellement de points sur lesquels il faudrait modifier la loi. »

Des textes de 2005, 2012 et 2017 viennent déjà encadrer cette pratique. Une superposition qui aux yeux de Béatrice Clicq a créé un flou. FO entend insister sur plusieurs conditions. « On est aussi très attachés au fait que la notion de volontariat soit bien conservée et qu'on fasse très attention au fait que le lien social soit conservé. »

À lire et écouter aussi : Télétravail, le nouvel horizon de l’entreprise?

FO est opposé à un télétravail à 100% sauf cas exceptionnels. Sur ce point, la discussion semble plutôt acceptée côté patronat. « Le point sur lequel il faudrait qu'on se mette d'accord, c'est la question de la période exceptionnelle. Là, effectivement, peut-être, on aurait avantage à mettre un cadre. »

Néanmoins, Éric Chevée souhaite que les accords de télétravail restent globalement discutés au niveau des entreprises.

► À écouter aussi : France: fans du télétravail

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.